Un évêque camerounais demande à l’Europe d’aider à ralentir les migrations en créant des emplois en Afrique

[Königstein, 11.10.2023] – Alors que la crise de la migration africaine vers l’Europe s’aggrave, ceux qui sont en première ligne lancent un appel urgent à l’action. Lors d’une visite au siège de la Fondation Aid to the Church in Need (ACN), Mgr Bruno Ateba, évêque du diocèse de Maroua-Mokolo, dans l’extrême nord du Cameroun, partage sa vision des défis auxquels sont confrontés les jeunes Africains alors qu’ils tentent d’échapper à la misère dans laquelle une grande partie de leur continent est plongée.

L'évêque Bruno Ateba du Cameroun
L’évêque Bruno Ateba du Cameroun

Historiquement, son pays a été un lieu de passage pour les migrations de nombreux jeunes Africains qui ont traversé le Tchad pour atteindre la Libye, attirés par les opportunités économiques de ce pays. « Cependant, depuis la chute de Kadhafi, ‘l’eldorado africain’ a cessé d’être une réalité. Le pays s’est effondré, et maintenant les regards sont tournés vers l’Europe, ce qui a conduit à un flux massif de migrants vers ce continent » explique l’évêque.

« Ces gens n’ont peur de rien, parce qu’ils n’ont rien à perdre, et ils subissent aussi beaucoup de pression sociale, donc même s’ils doivent d’abord traverser le désert du Sahara, puis l’océan, ils n’hésitent pas. Beaucoup d’entre eux meurent » déclare Mgr Ateba.

L’importance de créer des emplois en Afrique

Mgr Ateba souligne que « si les gens avaient accès à des emplois et à des opportunités économiques dans leur pays d’origine, ils ne ressentiraient pas le besoin d’émigrer. Il existe un lien évident entre la réalité des personnes déplacées, l’émigration, et l’absence d’un avenir stable ». Le Cameroun lui-même en est un exemple clair. « Après 50 ans d’indépendance, il n’y a toujours pas d’industrie, ni de modèle économique. De nombreuses personnes se sentent obligées de partir, par manque d’opportunités. Si nous voulons changer cela, nous devons trouver une solution durable pour arrêter l’exode de nos jeunes », affirme-t-il.

Mgr Bruno Ateba avec des réfugiés à Minawao, Cameroun
Mgr Bruno Ateba avec des réfugiés à Minawao, Cameroun

Il s’agit d’un problème fondamental que la communauté internationale doit s’employer plus activement à résoudre. « Si l’Europe coopérait à la création d’emplois dans nos pays, nous n’aurions pas le problème auquel nous sommes actuellement confrontés au niveau mondial », déclare-t-il.

L’évêque souligne également la question démographique, l’Afrique ayant une population jeune et en pleine croissance. « Nous ne devons pas oublier que le nombre de jeunes en Afrique est extrêmement élevé. Les jeunes représentent un potentiel énorme pour notre continent, mais seulement si nous parvenons à leur donner les outils et les opportunités nécessaires pour prospérer ».

Pastorale de proximité auprès des réfugiés

Lors de sa visite au siège d’ACN, après une visite ad limina à Rome, Mgr Ateba déclare qu’il avait parlé au Pape François des priorités pastorales et de l’engagement pastoral auprès des veuves, des orphelins et des réfugiés qui cherchent à s’abriter dans son diocèse en raison du conflit avec les terroristes de Boko Haram. « Je lui ai dit que nous étions très soucieux d’accomplir un travail pastoral de proximité, tel qu’il nous y avait encouragé, visant à écouter, accueillir, aider et accompagner tous ceux dont la vie a été bouleversée par la violence et l’instabilité ».

Malgré les difficultés extraordinaires auxquelles son diocèse est déjà confronté en raison du conflit, Mgr Ateba fait de grands efforts pour inclure des offres de formation professionnelle et de création d’emplois dans son travail pastoral, afin d’aider les jeunes déplacés internes à devenir actifs.

Atelier de formation - Construction et équipement du centre de formation professionnelle pour les jeunes réfugiés nigérians au camp de réfugiés de Minawao, paroisse de Zamay.
Atelier de formation – Construction et équipement du centre de formation professionnelle pour les jeunes réfugiés nigérians au camp de réfugiés de Minawao, paroisse de Zamay.

Il donne comme exemple « un centre d’activités financé par ACN pour les jeunes dans le camp de réfugiés de Minawao, dans la paroisse de Zamay, qui compte 80.000 réfugiés du Nigeria voisin, qui ont fui Boko Haram ». Grâce à ce projet, ces personnes bénéficient d’une prise en charge pastorale en même temps qu’elles acquièrent des compétences telles que la réparation de chaussures ou d’ordinateurs, ou la couture, ce qui leur permet de trouver du travail pour gagner leur vie. L’engagement de l’Église envers ces personnes est une lueur d’espoir au milieu d’une grande adversité.

L’évêque insiste toutefois sur le fait que la communauté internationale doit s’unir pour soutenir ces importantes initiatives de développement. « L’Église ainsi que des organisations telles qu’ACN continuent de jouer un rôle crucial en soutenant et en aidant ceux qui sont directement touchés par la crise sécuritaire et migratoire, mais la coopération des gouvernements et de la communauté internationale est essentielle pour faire face à ces défis et trouver des solutions de long terme », déclare Mgr Ateba.

Our Task Areas
Our Regional Activities
Press contact

Latest News

Malgré la crise humanitaire dévastatrice, père Gabriel Romanelli, curé de la paroisse de la Sainte Famille à Gaza,...
On estime que la Chine - sans compter Hong Kong et Macao - compte entre 50 et 70 millions...
La fondation pontificale Aid to the Church in Need (ACN) exhorte ses bienfaiteurs et amis à participer à...