Embourbés dans la crise, les Sri-Lankais se concentreront à Noël sur l’aide aux pauvres

Cette année, pour Noël, les évêques du Sri Lanka ont demandé aux fidèles d’éviter les célébrations somptueuses, compte tenu des difficultés auxquelles le pays est confronté suite au désastre économique causé par la mauvaise gestion politique.

Ils ont encouragé les chrétiens à ne pas célébrer de fêtes « somptueuses » et à ne pas engager de dépenses excessives en cette période de Noël, étant donné que la plupart des Sri-Lankais souffrent des effets de la grave crise économique qui a balayé le pays cette année.

sri lanka
Le cardinal Malcolm Ranjith distribue du matériel de secours aux pauvres.

Dans un message envoyé à Aid to the Church in Need (ACN), le Père Jude Chrysantha Fernando, directeur des communications du diocèse de Colombo, confirme que cette demande vient des évêques du pays. « Notre conférence épiscopale et notre cardinal ont récemment demandé à tous les catholiques et non-catholiques de ne pas célébrer Noël d’une manière somptueuse, en dépensant de l’argent pour des choses inutiles telles que des décorations de Noël et des dîners luxueux, mais d’utiliser cet argent pour aider les pauvres ».

Au Sri Lanka, de tels actes de générosité sont particulièrement importants en raison de la grave crise économique. La crise est principalement due à une mauvaise gestion politique qui a atteint son paroxysme avec la fuite de l’ancien Président Gotabaya Rajapaksa du pays.

Après les difficultés causées par la pandémie et les confinements qui l’ont accompagnée, ce qui a conduit à un chômage de masse, les mesures politiques ont aggravé la situation. « Plus tôt cette année, notre ancien Président avait interdit les engrais chimiques pour promouvoir les engrais organiques. Les agriculteurs, habitués aux produits chimiques, ne pouvaient pas se le permettre et ont été dans l’impossibilité de cultiver leurs rizières. Nous avons dû importer du riz et les prix ont augmenté ».

sri lanka
Foi et prière au Sri Lanka pendant la crise (protestation) d’avril 2022.

La corruption et la mauvaise gestion ont provoqué un manque de devises, lequel à son tour a entraîné des coupures d’électricité et un doublement des prix du carburant et de ceux des transports publics. « Certains jours, les pannes de courant duraient plus de neuf heures, ce qui a gravement affecté les entreprises, dont beaucoup ont fermé. Le

gouvernement a cessé d’importer du gaz, et de nombreuses personnes en appartement n’y ont pas survécu. De plus, à cause des pénuries de carburant, les bateaux ne pouvaient pas aller pêcher ». Finalement, l’industrie du tourisme s’est effondrée et des centaines de milliers de personnes ont perdu leurs emplois.

Lorsque la monnaie locale s’est effondrée et que la nourriture est devenue rare (y compris les produits de base tels que le lait en poudre et les médicaments d’urgence), les gens sont descendus dans la rue pour protester. De nombreux évêques, prêtres et religieuses ont activement soutenu ces manifestations, et même notre cardinal s’est prononcé ouvertement en faveur de ces jeunes et s’est rendu sur les lieux des manifestations. Le 9 mai, des gangsters pro-gouvernementaux ont commencé à frapper brutalement de jeunes manifestants, et en voyant cela sur les médias sociaux, les habitants des villages ont commencé à incendier les maisons des membres du gouvernement ».

Alors que la situation était déjà hors de contrôle, en juillet dernier le Président Rajapaksa a fui le pays et a été remplacé par Ranil Wickremesinghe.

sri lanka
Le Père Chrysantha Fernando avec les victimes des attaques du dimanche de Pâques à Colombo.

« Le nouveau Président, qui est une personne éduquée et expérimentée, fait tout ce qu’il peut pour ramener des devises dans le pays. À présent, les choses s’améliorent, mais très lentement. Il faudra deux ou trois ans pour que le pays revienne à la normale », explique le Père Fernando.

Pendant ce temps, l’Église a également été profondément touchée par la crise. « Nous avons un système de contributions mensuelles, mais pendant la pandémie, les prêtres ne les ont pas collectées parce qu’ils savaient que les paroissiens traversaient de graves difficultés. Avec la hausse des prix, les dépenses ont doublé tandis que les revenus stagnaient, si bien que nos prêtres ont du mal à gérer les paroisses. Cependant, les prêtres font tout ce qui est en leur pouvoir pour aider ceux qui sont dans le besoin ».

La Fondation internationale ACN a fourni une aide d’urgence à l’Église sri-lankaise. « Notre Caritas aide également les paroisses pauvres avec l’argent fourni par des organisations caritatives étrangères comme ACN , y compris les offrandes de messe. En tant que diocèse, nous sommes très reconnaissants à l’égard d’ACN de nous aider, nous et nos prêtres », déclare le Père Fernando.

Our Task Areas
Our Regional Activities
Press contact

Latest News

En réponse à la demande du Pape de prier pour la paix au Myanmar, ACN annonce une initiative de prière qui coïncide avec l'anniversaire du coup d'État...
Après l'attaque d'une église protestante dans le Congo, un missionnaire dénonce le silence de la communauté internationale...
La reconstruction du couvent des sœurs dominicaines de St Joseph, totalement détruit, à Batnaya, en Irak, est un signe de cette foi....