Syrie : « Que le Seigneur leur pardonne, c’est tout ce que je peux dire »

Marie, mère de la réconciliation, exemple pour les chrétiens syriens.

« “Pardonne-leur, Seigneur”, combien de fois avons-nous dû répéter ces paroles, surtout ces dernières années ! » déclare Sœur Jihanne Attalah, religieuse des Sœurs de la Charité de Sainte-Jeanne-Antide-Thouret à Damas, à la veille de la célébration de Noël, dans cette atmosphère de guerre qui dure depuis plus de dix ans en Syrie.

« Du jour au lendemain, nous étions forcés de ne plus avoir un regard sur notre belle et immense école, nouvellement bâtie sur la route de l’aéroport de Damas », se souvient Sœur Jihane avec une certaine tristesse. L’école Al-Riaya que la congrégation possède dans la banlieue de Damas est devenue un théâtre de guerre. Elles ont perdu non seulement leur école, mais aussi des êtres chers. « Nous avons perdu une jeune enseignante et une jeune étudiante, sans parler des personnes blessées », a-t-elle déclaré à la Fondation internationale Aid to the Church in Need (ACN).

chrétiens syrie guerre
S. Jihanne

L’une des élèves de l’école, Christine (15 ans), rentrait de l’école avec une camarade de classe. À cause d’une bombe qui a explosé sur sa route, elle a perdu un pied et sa meilleure amie. Sœur Jihane explique qu’alors que Christine était à l’hôpital et était interviewée par une chaîne de télévision, la jeune fille a répondu d’une voix calme : « Que le Seigneur leur pardonne, c’est tout ce que je peux dire ».

Soudain, un jour, les élèves n’avaient plus le droit de venir chercher leurs affaires restées dans leurs pupitres, et les enseignants devaient également abandonner toutes leurs affaires. La direction de l’école a été obligée de trouver des salles de classe pour les élèves et de se charger de leur sécurité en plus de leur éducation.

chrétiens syrie guerre
S. Jihanne avec des petits élèves de l’école Al-Riaya

Malgré tant d’années de souffrance, de guerre et de douleur dans ce pays, Sœur Jihane raconte combien la foi a été et est importante pour maintenir la paix intérieure, et comment Marie, mère de la réconciliation, est un exemple pour les chrétiens syriens : « Au milieu de toutes ces ténèbres, il y avait toujours une place pour l’espérance qui nous guidait et nous aidait à élever notre regard, à dépasser notre désir de vengeance et à nous transcender. Oui, c’est grâce à notre foi en Dieu et à la présence de la Vierge Marie, restée au pied de la croix. Elle est restée debout, puisant sa force dans son Fils », ajoute sœur Jihane.

Après la fin de la guerre à Damas, les religieuses sont revenues pour reconstruire l’école et rouvrir ses portes. La Fondation internationale Aid to the Church in Need (ACN) a soutenu l’installation d’un système de dessalement à l’école Al-Riaya, gérée par la communauté des Sœurs de la Charité de Sainte-Jeanne-Antide-Thouret et le mobilier pour l’école en 2021.

Our Task Areas
Our Regional Activities
Press contact

Latest News

En réponse à la demande du Pape de prier pour la paix au Myanmar, ACN annonce une initiative de prière qui coïncide avec l'anniversaire du coup d'État...
Après l'attaque d'une église protestante dans le Congo, un missionnaire dénonce le silence de la communauté internationale...
La reconstruction du couvent des sœurs dominicaines de St Joseph, totalement détruit, à Batnaya, en Irak, est un signe de cette foi....