NICARAGUA : ACN est profondément préoccupée par la situation de l’Église et la condamnation de Mgr Rolando Álvarez à 26 ans de prison

La fondation pontificale Aid to the Church in Need (ACN) appelle à prier pour l’Église du Nicaragua et pour l’évêque nicaraguayen condamné le 10 février.

En union avec le pape François qui, après avoir prié l’Angelus, a exprimé sa tristesse et son inquiétude le 12 février, la fondation ACN demande de ne pas oublier la terrible situation que vit Mgr Rolando Álvarez, évêque de Matagalpa et administrateur apostolique du diocèse d’Estelí, et demande de prier pour lui et pour tous ceux qui souffrent au Nicaragua.

Selon différents médias, le gouvernement arrêterait et réprimanderait actuellement les prêtres faisant mention de Mgr Rolando Alvarez pendant leurs célébrations, au motif qu’il s’agirait d’une « activité interdite ». Au moins deux prêtres auraient été arrêtés à Madriz et Nueva Segovia pour avoir mentionné ou prié pour l’évêque lors de leurs célébrations dominicales.

Face à cette tentative de faire taire les prières du peuple nicaraguayen, ACN appelle ses bienfaiteurs du monde entier à prier avec encore plus de ferveur pour l’Église nicaraguayenne, afin qu’elle ne se sente pas abandonnée en ces temps difficiles et qu’elle puisse continuer à annoncer l’Évangile et à accompagner son peuple, surtout les plus faibles et les plus pauvres.

Condamné pour avoir trahi la patrie

La condamnation de Mgr Rolando Alvarez est intervenue un jour après qu’il eut refusé de quitter le pays en même temps que plus de deux cents prisonniers politiques, dont plusieurs prêtres et séminaristes, accusés de « conspiration » et expulsés vers les États-Unis. Parmi les personnes expulsées du pays figurent plusieurs prêtres : le Père Oscar Benavides, le Père Ramiro Tijerino, le Père Sadiel Eugarrios, le Père José Diaz et le Père Benito Martinez, ainsi que le diacre Raul Veja. Les séminaristes Melkin Centeno et Darvin Leyva ont également été expulsés, ainsi que deux responsables de la communication sociale du diocèse de Matagalpa, Manuel Obando et Wilberto Astola. Tous avaient été emprisonnés pour avoir porté atteinte à « l’indépendance, la souveraineté et l’autodétermination du peuple », et incité à « la violence, au terrorisme et à la déstabilisation économique ». L’évêque de Matagalpa, assigné à résidence depuis le 19 août dernier au matin, faisait partie de la liste des personnes à expulser, mais il s’y est opposé.

En réaction à ce refus, son procès, prévu pour le mercredi 15 février, a été avancé et le juge a prononcé une peine de 26 ans, ce qui signifierait que Mgr Alvarez devrait rester en prison jusqu’en 2049. Il a été déclaré « traître à la patrie » et coupable de « complot en vue de porter atteinte à l’intégrité nationale et de diffusion de fausses nouvelles au moyen de technologies de l’information et de communication au détriment de l’État et de la société nicaraguayenne ».

Une tentative de faire taire l’Église

ACN avait déjà attiré l’attention sur la situation des catholiques au Nicaragua en août 2022. À l’époque, Regina Lynch, responsable des projets à ACN International, avait dénoncé « une tentative de faire taire l’Église au Nicaragua ».

« Le Nicaragua continue d’être secoué par la crise qui a commencé il y a plus de cinq ans. La situation dans ce pays d’Amérique centrale est critique, avec une grande polarisation et beaucoup d’affrontements. Nous pensons qu’en ce moment, la prière est plus importante que jamais », a déclaré Regina Lynch.

La fondation est préoccupée par les nouvelles qu’elle reçoit régulièrement de prêtres qui n’ont pas été autorisés à revenir dans le pays, par les restrictions de visa pour les religieuses et les religieux, par le contrôle et la surveillance des déplacements des prêtres et des évêques, par l’espionnage des homélies ainsi que par l’interdiction des processions et des célébrations religieuses.

Compte tenu de la forte détérioration de la situation politique et sociale, l’engagement de l’Église dans son rôle de médiatrice de la paix et de promotrice de la réconciliation dans le pays a conduit les fidèles et les prêtres à être victimes de répression, de fausses accusations, d’arrestations injustes et de peines de prison.

Des centaines d’attaques contre l’Église

En novembre 2022, une nouvelle édition actualisée du rapport « Nicaragua : une Église persécutée ? », de l’avocate et chercheuse Martha Patricia Molina, a été publiée. Selon ce rapport, l’Église catholique a fait l’objet de 396 attaques entre avril 2018 et octobre 2022 dans ce pays d’Amérique centrale.

Parmi les près de quatre cents cas documentés, on signale des profanations, des vols, des menaces et des discours de haine. Au cours de cette période, plusieurs évêques, prêtres, religieux et laïcs ont été la cible de représailles de la part des autorités.

La mesure drastique que le gouvernement a prise contre Mgr Alvarez est un pas de plus dans la spirale de la confrontation avec l’Église et ses membres et fait suite à des épisodes tels que l’expulsion du nonce apostolique, Waldemar Stanislaw Sommertag, en mars 2022, et l’exil forcé des Missionnaires de la Charité, la congrégation fondée par Sainte Mère Teresa de Calcutta, ainsi que d’autres religieux et prêtres. En outre, le gouvernement a fermé la chaîne de télévision de la conférence épiscopale et d’autres stations de radio catholiques et il a nationalisé l’Université catholique qui appartenait au diocèse d’Estelí.

Our Task Areas
Our Regional Activities
Press contact

Latest News

Le 2 juin, les Mexicains se rendront aux urnes dans un pays confronté à une flambée de violence...
Malgré la crise humanitaire dévastatrice, père Gabriel Romanelli, curé de la paroisse de la Sainte Famille à Gaza,...
On estime que la Chine - sans compter Hong Kong et Macao - compte entre 50 et 70 millions...