Le pape se rend au Congo et au Soudan du Sud, où l’Église joue un rôle majeur dans la consolidation de la paix

Le 31 janvier, le pape François atterrira à Kinshasa pour une courte visite en République démocratique du Congo. Il se rendra ensuite à Juba, au Soudan du Sud, le 3 février, avant de rentrer à Rome le 5. Il faudrait un miracle pour que la paix revienne dans ces pays, mais c’est exactement ce que la population attend de la visite du pape.

Avec sa prochaine visite en République démocratique du Congo (RDC) et au Soudan du Sud, le pape François donnera un coup de pouce bien nécessaire à l’Église locale dans ces deux pays, qui joue un rôle majeur dans la responsabilisation des institutions politiques et l’instauration de la paix dans ces pays déchirés par la guerre et les conflits. C’est ce que pensent les intervenants d’une conférence en ligne organisée par Aid to the Church in Need (ACN) le lundi 16 janvier, intitulée « Le voyage du pape François en RDC et au Soudan du Sud : un message d’unité et de réconciliation dans deux pays en proie à la violence et à souffrance ».

La première étape du pape sera la RDC. Contrairement au premier programme de son voyage en 2022, qui avait dû être annulé en raison du douloureux problème de genou du pape, il ne se rendra pas dans l’Est du pays, où la situation de conflit est la plus grave. La situation sécuritaire s’est considérablement détériorée ces derniers mois, même si les autorités congolaises affirment que la raison de l’annulation du voyage à Goma est liée à la santé du pape. Toutefois, l’Église congolaise s’efforce de faire venir à Kinshasa des personnes déplacées à l’intérieur du pays et d’autres qui ont souffert des effets de la guerre entre les différents groupes rebelles, afin d’y rencontrer le souverain pontife, a expliqué lors de la conférence, le père Godefroid Mombula Alekiabo, missionnaire congolais basé à Kinshasa.

Avec environ 35 millions de fidèles, soit 50% de la population, l’Église catholique est la plus grande confession religieuse de la RDC.  » Il est difficile d’estimer le poids de l’Église. Ses écoles ont formé plus de 60% des élèves du primaire et plus de 40% des élèves du secondaire du pays. L’Église possède et gère un vaste réseau d’hôpitaux, d’écoles et de cliniques, ainsi que de nombreux autres projets », a expliqué le Père Godefroid qui est également professeur et secrétaire académique de l’Université Saint Augustin, à Kinshasa.

D’allié à critique

Une grande partie de l’influence de l’Église remonte à l’époque coloniale, mais  » l’évolution du rôle de l’Église dans ses relations avec l’État depuis l’indépendance est frappante. Autrefois alliée fidèle, elle est devenue la voix institutionnelle la plus critique de l’État », a rappelé le prêtre congolais.

« Un conflit ouvert a éclaté en 1971 lorsque l’État, dans le cadre de ses efforts pour centraliser et étendre son autorité, a nationalisé les écoles catholiques. Le conflit s’est intensifié en 1972 lorsque, dans le cadre de la campagne « d’authenticité », tous les citoyens ont reçu l’ordre d’abandonner leurs noms de baptême chrétiens et d’adopter des noms africains. Le cardinal Malula a alors protesté contre cette décision. Le régime a riposté en forçant le cardinal à s’exiler pendant trois mois et en saisissant sa résidence », a déclaré le conférencier à l’auditoire.

« Plus tard, la suspension d’avoir Noël comme fête, la nationalisation des écoles et, dans celles-ci, le remplacement forcé des images du pape et des crucifix par des portraits de Mobutu ont tous été de courte durée. « Le manque de ressources et de compétences en gestion de l’État a fait de sa prise en charge du système éducatif un désastre. Face à cette réalité, le président a demandé aux institutions religieuses de reprendre en charge les écoles confessionnelles. Les cours de religion ont été réintégrés dans les programmes scolaires », a expliqué le père Godefroid, tout en concluant qu’à l’heure actuelle, « par rapport à l’État, l’Église est considérée comme une voix de l’opposition aux régimes autoritaires. »

Le prêtre congolais espère que le pape François apportera au peuple de la RDC un message de réconciliation dont celui-ci a désespérément besoin, et affirme que ce message devrait s’inscrire dans la continuité des enseignements exposés dans Fratelli Tutti et dans Laudato Si’. Il espère également entendre François condamner les multinationales qui exploitent les richesses minières congolaises et attisent les feux de la guerre. « Plusieurs groupes rebelles rivalisent pour extraire un maximum de bénéfices commerciaux et matériels au prix d’un coût humain exorbitant de millions de vies congolaises. Le secteur privé joue un rôle déterminant dans la poursuite de la guerre en facilitant l’exploitation, le transport et la commercialisation des ressources naturelles du Congo. »

Pour que tous soient un

Au cours de la même conférence, le père Samuel Abe, secrétaire général de l’archidiocèse de Juba et coordinateur de la visite papale au Soudan du Sud, a parlé du plus jeune pays du monde, qui a obtenu son indépendance du Soudan en 2011, après des décennies de conflit entre chrétiens et musulmans.

Dans un pays qui a été déchiré par des conflits tribaux pour le pouvoir, la devise de la visite papale est : « Je prie pour que tous soient un ». Le pape a souvent parlé de la nécessité de la paix dans différentes parties du monde, mais l’attention portée au Soudan du Sud a été particulière. Ainsi, en avril 2019, il a invité au Vatican des dirigeants politiques représentant différentes factions et groupes tribaux, pour une retraite spirituelle. Le Soudan du Sud n’étant pas un pays exclusivement catholique, mais aussi anglican, l’archevêque de Canterbury et le modérateur de l’Église d’Écosse ont également été impliqués. En fait, François a attribué à Justin Welby l’idée de cette retraite.

La grande surprise est toutefois venue à la fin de la retraite, lorsque le pape s’est agenouillé et a embrassé les pieds des dirigeants sud-soudanais.  » C’était une manifestation de son amour pour le peuple du Soudan du Sud et de son désir qu’il vive en paix », a déclaré le père Samuel, pendant la conférence.

Attendre le miracle de la paix

Cependant, la paix a échappé au Soudan du Sud depuis son indépendance en 2011, a admis le père Samuel. « Nous avons un problème de tribalisme. Mon défunt archevêque Paulino Lukudu Loro avait l’habitude de dire qu’avoir une tribu n’est pas un problème, mais elle devrait être une expression qui nous unit aux autres tribus. Lorsque nous formions un seul Soudan, il y avait un facteur d’unification, nous nous considérions comme un seul peuple. Nous ne laissions pas les problèmes nous diviser. Le tribalisme est apparu lorsque nous sommes devenus indépendants. »

Les politiciens, estime-t-il, sont en grande partie à blâmer. « En tant qu’Église, nous pouvons dire que les tribus elles-mêmes ne sont pas mauvaises, mais nous pouvons voir que ce sont les politiciens qui incitent les gens à haïr les groupes ethniques opposés. Si les politiciens pouvaient s’abstenir de provoquer des conflits intertribaux dans les villages, alors nous pourrions avoir la paix », a-t-il déclaré aux participants de la conférence d’ACN.

Le prêtre a conclu sur une note d’espoir. « Lorsque le pape touchera le sol du Soudan du Sud, de nombreux miracles peuvent se produire. Nous pensons que le message qu’il apportera fera suite à celui qu’il a donné à nos dirigeants au Vatican, et nous espérons qu’il encouragera notre peuple à vivre ensemble comme des frères et sœurs. Déjà à l’heure actuelle, alors que notre pays met en œuvre l’accord de paix, certains signes montrent que les choses changent pour le mieux. »

Our Task Areas
Our Regional Activities
Press contact

Latest News

En réponse à la demande du Pape de prier pour la paix au Myanmar, ACN annonce une initiative de prière qui coïncide avec l'anniversaire du coup d'État...
Après l'attaque d'une église protestante dans le Congo, un missionnaire dénonce le silence de la communauté internationale...
La reconstruction du couvent des sœurs dominicaines de St Joseph, totalement détruit, à Batnaya, en Irak, est un signe de cette foi....