Journée mondiale des réfugiés : menace de famine due aux persécutions

Des millions de personnes en Afrique de l’Ouest ont besoin d’aide

L’AED estime que plus de 15 millions de personnes sont actuellement déplacées, la plupart dans les 12 pays africains identifiés par le « Rapport sur la liberté religieuse dans le monde » comme faisant l’objet d’une persécution religieuse sévère à extrême. De grandes zones agricoles se vident parce que leur population fuit pour avoir la vie sauve. Cette population fuit les mercenaires avides de profit, incités par des prédicateurs extrémistes et armés par des groupes terroristes transnationaux.

 

Mark von Riedemann, président du comité de rédaction du Rapport sur la liberté religieuse dans le monde publié par la fondation « Aide à l’Église en Détresse », s’exprime sur ces questions alarmantes, dans un entretien accordé à Maria Lozano.

 

Le 20 juin est la Journée Mondiale des Réfugiés, ainsi désignée par l’ONU. Une préoccupation majeure, telle qu’identifiée dans le récent Rapport sur la liberté religieuse dans le monde de l’AED, est le lien entre l’extrémisme islamiste et les personnes déplacées en Afrique. Existe-t-il un lien clair entre les deux ?

 

Selon les dernières données du Rapport sur la liberté religieuse dans le monde de l’AED, publié en avril 2021, des groupes religieux souffrent de niveaux de persécution graves à extrêmes dans 26 pays du monde, dont près de 50 % – 12 pays – sont en Afrique.

 

Bien que de nombreux facteurs interviennent, ce qui est très préoccupant, c’est la croissance extraordinaire des groupes djihadistes locaux et transnationaux, qui persécutent systématiquement tous ceux – musulmans et chrétiens – qui n’acceptent pas leur idéologie islamiste extrême. Selon un rapport publié en janvier 2021 par l’ACSS (Centre africain d’études stratégiques), la violence des groupes islamistes en Afrique a augmenté de 43 % en 2020. Les quelque 5.000 incidents signalés en rapport avec ces groupes représentent un niveau de violence sans précédent. Les déplacements de populations fuyant la violence, que ce soit en tant que déplacés internes ou en tant que réfugiés dans les pays voisins, sont très préoccupants.

 

Par exemple, rien que dans la province mozambicaine de Cabo Delgado, les incidents provoqués par la violence des extrémistes islamistes en 2020 ont augmenté de 129 %, et plus des deux tiers des attaques ont visé des civils. À l’heure actuelle, selon l’Organisation internationale pour les migrations, il y a plus de 730.000 personnes déplacées dans les provinces de Cabo Delgado, Niassa, Nampula, Zambèze et Sofala, en raison du conflit. Et l’insécurité ne cesse de croître en ampleur, en portée et en complexité.

Qui sont ces groupes djihadistes ?

Dans de nombreux cas, ce sont des mercenaires qui cherchent à s’enrichir, ou des combattants locaux qui poursuivent des intérêts locaux. Cependant, ces derniers, incités par des prédicateurs extrémistes et armés par des groupes terroristes transnationaux, commencent à cibler les autorités de l’État, l’armée et la police, ainsi que les civils, notamment les chefs de village, les enseignants (qui sont menacés à cause des programmes scolaires laïcs), les musulmans modérés et les chrétiens.

 

La violence est souvent inimaginable. Dans la province de Cabo Delgado, dans le nord du Mozambique, début novembre 2020, quinze garçons et cinq adultes ont été décapités à la machette par des militants islamistes lors d’un rituel d’initiation pour adolescents. Ces massacres ont eu lieu après une précédente attaque de masse, en avril 2020, au cours de laquelle environ 52 hommes ont été tués après avoir refusé de venir grossir les rangs des djihadistes. Comme on peut l’imaginer, la férocité de la violence et l’insécurité qui en a résulté ont forcé des populations entières à fuir.

 

Combien y a-t-il de déplacés internes au sein du pays, et comment l’AED a-t-elle fait le lien entre la persécution religieuse et les déplacés internes dans le pays ?

Après avoir croisé les informations du Centre de surveillance des déplacements internes, de son Rapport mondial sur les déplacements internes et de la Matrice de suivi des déplacements de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), l’AED estime que plus de 15 millions de personnes sont actuellement des déplacées au sein de leur pays, la plupart dans les 12 pays africains identifiés par le Rapport sur la liberté religieuse dans le monde comme faisant l’objet d’une persécution religieuse sévère à extrême.

 

Les conséquences sociales, économiques, politiques et religieuses de ces déplacements pour l’Afrique et pour la communauté internationale sont considérables, et si aucune mesure n’est prise, le pire est encore à venir.

 

Quel est, selon vous, le problème le plus grave résultant de cette persécution et de cette terreur ?

La préoccupation la plus immédiate est peut-être la famine. Selon l’ONU, l’agriculture représente 30,5 % de l’économie de l’Afrique de l’Ouest et constitue la principale source de revenus et de moyens de subsistance pour 70 à 80 % de la population. La plupart des déplacés internes proviennent de communautés rurales. Il s’agit de paysans chassés de leurs terres par les attaques de militants islamistes et de groupes terroristes. L’impact de la violence ne se limite pas à la destruction des infrastructures, à la perte de bétail et au déplacement des agriculteurs de leurs terres. Cette violence a aussi pour impact de les empêcher – en raison de l’insécurité – de revenir pour la récolte. Cette situation, combinée à la hausse des prix des denrées alimentaires due à la pandémie de coronavirus, laisse présager une future famine, causée par l’homme, dans bon nombre de ces pays. Selon le Centre africain d’études stratégiques, rien qu’au Mali et au Burkina Faso, la violence extrémiste a déjà provoqué une insécurité alimentaire qui touche plus de trois millions de personnes.

Quelles seront les conséquences à long terme, et quelles seront les conséquences pour la liberté religieuse ?

Si rien n’est fait, le cycle de la violence, des déplacements et de la famine, continuera à se dégrader, entraînant de nouvelles conséquences à long terme telles que le déclin économique, l’instabilité politique, de profonds clivages entre les communautés ethniques et, finalement, la destruction du pluralisme religieux traditionnel. Cette dernière préoccupation est particulièrement grave dans les régions où musulmans et chrétiens vivaient jusqu’à présent en paix. Bien que les musulmans comme les chrétiens soient pareillement victimes de la violence extrémiste, compte tenu de la radicalisation islamiste croissante, les chrétiens tendent à devenir de plus en plus une cible spécifique des terroristes, supprimant ainsi le pluralisme religieux, et l’harmonie, caractéristiques de cette région. Frustrés par leur pauvreté absolue, les jeunes, vulnérables au recrutement extrémiste, continueront d’être attirés par le mirage de la richesse et du pouvoir, prolongeant ainsi la crise. En fin de compte, la combinaison de ces facteurs forcera la communauté internationale à réagir, ne serait-ce que par intérêt personnel, en raison de l’augmentation des migrations à l’intérieur et à l’extérieur de l’Afrique. Nous espérons simplement qu’à ce stade, il ne sera pas trop tard pour que les populations locales retrouvent une paix durable.

 

Quels sont les pays les plus touchés ?

Bien que l’une des pires situations, selon le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA), ait lieu en République Démocratique du Congo, avec près de 22 millions de personnes en situation d’insécurité alimentaire aiguë – le chiffre le plus élevé au monde – une autre zone très préoccupante est le Burkina Faso, en raison de la férocité de la violence et de l’augmentation rapide du nombre de personnes déplacées à l’intérieur du pays. Selon la même source, il s’agit de la crise de déplacements internes qui se développe le plus rapidement au monde. Ainsi, en seulement deux ans, plus d’un million de personnes ont été forcées de quitter leurs foyers et, entre janvier 2020 et janvier 2021, les personnes ayant besoin d’aide humanitaire sont passées à 3,5 millions, soit une augmentation de 60 % en un an.

Our Task Areas
Our Regional Activities
Press contact

Latest News

Les relations entre les peuples des Premières Nations et l’Église catholique au Canada portent le poids d’une histoire compliquée...
Les enlèvements et les meurtres ont fortement augmenté en 2022. Sur les seize paroisses du diocèse, cinq sont directement touchées par des attentats violents....
At least 18 priests have been kidnapped in Nigeria since the beginning of 2022, five in the first week of July alone. Although most were released unharmed, three were killed....

Que signifie pour vous cette visite ?

La visite du Pape nous remontera le moral, plus que toute autre chose. Tous les yeux de la planète seront dirigés vers Baghdeda. Le monde saura ainsi ce qui est arrivé à cette ville : les terribles destructions et la migration forcée. Ce serait également bien si nous recevions ensuite un peu plus d’aide et de soutien. Cette visite est très importante pour nous qui sommes ici, surtout après l’énorme migration forcée de tant des nôtres. Cette visite signifie que nous ne sommes pas seuls et qu’il y a des gens qui prient pour nous. Cela nous donnera de l’espoir, nous encouragera à rester dans notre pays et à ne pas le quitter.

Qu’aimeriez-vous dire au Saint-Père ?

Si j’ai l’occasion de le rencontrer, je voudrais le remercier pour sa visite qui nous rend très heureux, et pour ses prières. Je tiens également à le remercier pour toute l’aide qu’il nous a procurée ces derniers temps. Je n’oublie pas sa grande solidarité et le geste qu’il a fait en vendant aux enchères la Lamborghini qu’on lui avait donnée pour soutenir avec l’argent récolté la reconstruction de la plaine de Ninive. Je voudrais aussi qu’il continue à prier pour nous afin que la paix arrive en Irak.

Qu’aimeriez-vous lui montrer à Qaraqosh/Baghdeda ? Que devrait-il visiter ?

Je voudrais lui montrer l’église historique Al-Tahira et des photos de Baghdeda, je voudrais qu’il voie comment l’État Islamique l’a détruite et comment les gens d’ici ont eu le courage de la reconstruire.

¿Qué significa la visita para usted?
La visita del Papa levantará el ánimo y la moral, más que cualquier otra cosa. Todos los ojos del mundo se dirigirán a Baghdeda. Así, el mundo sabrá lo que le sucedió a esta ciudad. La terrible destrucción y la migración forzada. También sería bueno si luego recibimos más ayuda y apoyo. Esta visita es realmente importante para nosotros, los que estamos aquí, especialmente después de la enorme migración forzada de tantos de los nuestros. La visita significa que no estamos solos y hay quienes rezan por nosotros. Esto nos dará esperanza, nos animará a permanecer en nuestra tierra y no dejarla.

¿Qué le gustaría decirle al santo padre?
Si tengo la oportunidad de encontrarme con él: quiero agradecerle su visita, que nos hace muy felices, y su oración. También quiero darle las gracias por todo lo que nos ha ayudado durante el último periodo. No me olvido de su gran solidaridad y del gesto de subastar el Lamborghini para apoyar con ese dinero la reconstrucción de la llanura de Nínive. También quiero que siga orando por nosotros para que la paz llegue a Irak.

¿Qué le gustaría mostrarle en Baghdeda /Qaraqosh? ¿Qué debería visitar?
Quiero mostrarle la histórica iglesia Al-Tahira y fotos de Baghdeda, quiero que vea cómo fue destruida por ISIS y cómo la gente de aquí ha sido tan fuerte para reconstruirla nuevamente.

Was bedeutet der Besuch für Sie?
Der Besuch des Papstes wird die Stimmung und die Moral heben, mehr als alles andere. Alle Augen der Welt werden auf Baghdida gerichtet sein. Dann wird die Welt erfahren, was mit dieser Stadt passiert ist, die schreckliche Zerstörung und die erzwungene Migration. Es wäre auch gut, wenn wir anschließend mehr Hilfe und Unterstützung bekommen würden. Dieser Besuch ist wirklich wichtig für uns hier, besonders nach der großen Zwangsmigration so vieler unserer Leute. Der Besuch bedeutet, dass wir nicht allein sind, und dass es Menschen gibt, die für uns beten. Das wird uns Hoffnung geben, es wird uns ermutigen, in unserem Land zu bleiben und es nicht zu verlassen.

Was würden Sie dem Heiligen Vater gerne sagen?
Wenn ich die Gelegenheit habe, ihn zu treffen: Ich möchte ihm für seinen Besuch, der uns sehr glücklich macht, und für sein Gebet danken. Ich möchte mich auch bei ihm für alles bedanken, was uns in der letzten Zeit geholfen hat. Ich werde nie seine große Solidarität vergessen sowie die Geste, den Lamborghini zu versteigern (siehe Link zur Meldung), um mit diesem Geld den Wiederaufbau der Ninive-Ebene zu unterstützen. Ich möchte auch, dass er weiterhin für uns betet, damit im Irak Frieden einkehrt.

Was möchten Sie ihm in Baghdida /Karakosch zeigen? Was sollte er besuchen?
Ich möchte ihm die historische Al-Tahira-Kirche zeigen und Bilder von Baghdida, ich möchte, dass er sieht, wie alles von ISIS zerstört wurde und welcher Kraft die Menschen hier es wiederaufgebaut haben.

What does the Pope’s visit mean to you?
The papal visit will lift up our spirits and morale more than anything else. All the eyes of the world will be on Baghdeda. And in this way the world will know what happened to this city. The terrible destruction and the forcible ethnic cleansing. It will also be a good thing if afterwards we get more support and help. This visit is really important to us, to those of us who are living here, especially after the massive ethnic cleansing and expulsion of so many of us. His visit means that we are not alone and that there are people who are praying for us. This will give us fresh hope and encourage us to persevere, here on our own soil, and not leave it.

What would you like to say to the Holy Father?
If I get the opportunity to meet him, I would like to be able to thank him for his visit, which has made us very happy, and for his prayers. I would also like to thank him for all he has done to help us in recent times. I have not forgotten his great gesture of solidarity in auctioning the Lamborghini in order to use the money to help pay for the reconstruction of our homes on the Niniveh plains. I would also like to ask him to continue praying for us and for peace to return to Iraq.

What would you like to show him in Qaraqosh/ Baghdeda? Which places should he visit?
I would like to show him our historic Al-Tahira church, and some photos of Baghdeda. I’d like him to be able to see how it was destroyed by IS and how the people here have worked so hard recently to rebuild it once more.

Qu’est-ce que cette visite signifie pour vous ?

La visite du Pape est ce que nous désirions le plus ici. C’est une grande bénédiction. Nous avons un grand désir de le voir. Ce qui rajoute de l’importance à cette visite, c’est la situation de vulnérabilité que nous, chrétiens, subissons en Irak. Il y a plusieurs raisons à cette fragilité, toutes sont les séquelles de l’État Islamique. Toutes ces destructions ont grandement contribué à l’émigration des chrétiens. De nombreux problèmes pèsent sur nous. Mais par sa visite, le Pape nous donnera de l’espérance et de la confiance, il nous encouragera et réduira notre fardeau. Bien que la situation soit instable en Irak en ce qui concerne la sécurité, tout spécialement dans le domaine politique, on s’attend à ce qu’à l’arrivée du Pape, sa sécurité soit correctement assurée.

Qu’aimeriez-vous dire au Saint-Père ?

Je voudrais lui demander de me donner sa bénédiction, de bénir mon travail et le dévouement des prêtres d’ici, et de bénir le peuple par ses prières. Je voudrais lui demander d’aider tous ceux qui sont en danger dans ce pays, qu’ils soient chrétiens ou musulmans. Qu’il tente de mobiliser les pays du monde entier pour soutenir ce pays qui a besoin d’aide.

Qu’aimeriez-vous lui montrer à Qaraqosh/Baghdeda ? Que devrait-il visiter ?

J’aimerais qu’il visite l’église Al-Tahira, parce que c’est un symbole et un élément du patrimoine de Baghdeda. Cette église est la mère, le foyer et le patrimoine de chacun des habitants de Baghdeda. Nos ancêtres ont construit cette église, nous avons tous le sentiment d’en faire partie. Bien sûr, nous serions heureux qu’il visite de nombreux endroits, des églises, monastères et maisons traditionnelles, et qu’il rencontre également beaucoup de gens qui ont le désir de le voir.

¿Qué significa la visita para usted?
La visita del Papa es lo que más hemos deseado aquí. Es una gran bendición. Sentimos un gran anhelo de verlo. Lo que agrega importancia a esta visita son las condiciones tan vulnerables que sufrimos los cristianos en Irak. Hay varios motivos para esa fragilidad, todas las secuelas que ha dejado el ISIS, esa enorme destrucción ha llevado en gran medida a la emigración de cristianos. Muchos problemas pesan sobre nosotros. Pero cuando nos visite, nos dará esperanza, confianza y aliento y reducirá esta carga. Además del hecho de que la situación de seguridad en Irak, especialmente la política, es inestable, se espera que a la llegada del Papa se garantice su seguridad de manera correcta.

¿Qué le gustaría decirle al santo padre?
Querría pedirle que me dé su bendición, que bendiga mi servicio y la entrega de los sacerdotes aquí y que bendiga al pueblo a través de sus plegarias. Le pido que ayude a todos los que están en peligro en este país, ya sean cristianos o musulmanes. Que intente movilizar a los países del mundo para que apoyen a este país que necesita ayuda.

 ¿Qué le gustaría mostrarle en Baghdeda / Qaraqosh? ¿Qué debería visitar?
Me encantaría que visite la iglesia Al-Tahira, porque es símbolo y patrimonio de Baghdeda. Esta iglesia es madre, hogar y herencia de cada uno de los habitantes de Baghdeda. Nuestros antepasados ​​construyeron esta iglesia, todos nos sentimos parte de ella. Ciertamente, nos alegraría que visitara muchos lugares, iglesias, monasterios y casas tradicionales,  también que vea a muchas personas que anhelan verlo.

Was bedeutet der Besuch für Sie?
Der Besuch des Papstes ist das, was wir uns hier am meisten gewünscht haben. Es ist ein großer Segen. Wir spüren eine starke Sehnsucht, ihn zu sehen. Was diesen Besuch noch wichtiger macht, sind die äußerst prekären Bedingungen, unter denen wir Christen im Irak leiden. Es gibt mehrere Gründe für diese Zerbrechlichkeit. All die Folgen, die ISIS hinterlassen hat, diese enorme Zerstörung hat in großem Maße zur Auswanderung von Christen geführt. Viele Probleme lasten auf uns. Aber wenn er uns besucht, wird er uns Hoffnung, Zuversicht und Ermutigung geben und diese Last verringern. Auch wenn die Sicherheitslage im Irak, insbesondere die politische Situation, instabil ist, hoffen wir, dass bei der Ankunft des Papstes seine Sicherheit ausreichend gewährleistet ist.

 

Was würden Sie dem Heiligen Vater gerne sagen?
Ich möchte ihn bitten, mir seinen Segen zu geben, meinen Dienst und die Hingabe der Priester hier zu segnen und die Menschen durch seine Gebete zu segnen. Ich bitte ihn, all jenen zu helfen, die in diesem Land in Gefahr sind, ob sie nun Christen oder Muslime sind; und die Länder der Welt zu mobilisieren, um dieses Land, das Hilfe braucht, zu unterstützen.

Was möchten Sie ihm in Baghdida / Karakosch zeigen? Was sollte er besuchen?
Ich möchte, dass er die Al-Tahira-Kirche besucht, denn sie ist ein Symbol und Erbe von Baghdida. Diese Kirche ist die Mutter, die Heimat und das Vermächtnis eines jeden einzelnen Menschen in Baghdida. Unsere Vorfahren haben diese Kirche erbaut, wir alle fühlen uns als Teil von ihr. Sicherlich würden wir uns freuen, wenn er viele Orte, Kirchen, Klöster und traditionelle Häuser besuchen würde, und auch, wenn er viele Menschen treffen würde, die sich danach sehnen, ihn zu sehen.

What does the visit mean to you?
The papal visit is the thing we have longed for most of all here. It will be a great blessing. We have a great yearning to see him. What gives added importance to this visit is the so very vulnerable situation that we are suffering as Christians in Iraq. There are many reasons for this vulnerability, including the aftermath of what IS left behind, the enormous destruction which has led in such large measure to the emigration of the Christians. There are many problems weighing on us. But when he comes to visit us, he will give us new hope and confidence and some relief from this burden. In addition there is the fact that the security situation in Iraq, and especially the political situation, is so unstable, so we are hoping that when the Pope does arrive they will guarantee his security in the way that they should.

 

What would you like to say to the Holy Father?
I would like to ask him to give me his blessing, to bless my ministry and the hard work of all the priests here, and also to bless all the people through his prayers. I would ask him to help all those in danger in this country, whether they are Christians or Muslims. And that he might strive to encourage the countries of the world to support this nation, which is truly in need.

What would you like to show him in Qaraqosh/ Baghdeda? What places ought he to visit?
I would love him to visit the Al-Tahira church, because it is a symbol and a rich cultural legacy of Baghdeda. This church is the mother, the home and the inheritance of every one of the inhabitants of Baghdeda. Our forefathers built this church, and we all feel we are a part of it. Of course, we would be happy for him to visit many different places – churches, monasteries and traditional homes – and also for him to be able to meet all the many people who are longing to see him.

Que signifie pour vous cette visite ?

Elle a une valeur morale, et non pas économique. Cette question occupera l’opinion publique mondiale, et tout spécialement irakienne. J’ai l’impression d’y tenir une place importante.

 

Qu’aimeriez-vous dire au Saint-Père ?

Ce sera formidable de faire sa connaissance, et je voudrais lui dire : « Nous avons besoin d’une protection internationale parce que notre communauté chrétienne a subi une migration forcée ».

Qu’aimeriez-vous lui montrer à Qaraqosh/Baghdeda ? Que devrait-il visiter ?

J’aimerais lui montrer les églises et les maisons brûlées, afin qu’il voie les dégâts que l’État Islamique a laissés derrière lui dans cette ville. Et aussi notre Musée du patrimoine de Baghdeda pour lui présenter notre histoire et notre culture.

¿Qué significa la visita para usted?
La visita tiene un valor moral, no económico. Este tema ocupará la opinión pública en el mundo y especialmente en Irak. Siento que tengo un lugar importante en él.

 

¿Qué le gustaría decirle al santo padre?
Será genial conocerlo y querría decirle “necesitamos protección internacional, porque nuestra comunidad cristiana ha sufrido una migración forzada”.

¿Qué le gustaría mostrarle en Baghdeda /Qaraqosh? ¿Qué debería visitar?
Me gustaría mostrarle las iglesias y las casas quemadas, para que vea el daño que dejó ISIS en esta ciudad. Y también nuestro Museo del patrimonio de Baghdeda para presentarle nuestro historia y cultura.

Was bedeutet der Besuch für Sie?
Der Besuch hat einen moralischen Wert, keinen wirtschaftlichen. Er wird die öffentliche Meinung in der Welt und insbesondere im Irak beherrschen. Ich habe das Gefühl, dass ich einen wichtigen Anteil daran habe.

Was würden Sie dem Heiligen Vater gerne sagen?
Es wird großartig sein, ihn zu treffen, und ich möchte ihm sagen: „Wir brauchen internationalen Schutz, weil unsere christliche Gemeinschaft unter der erzwungenen Auswanderung gelitten hat“.

Was möchten Sie ihm in Baghdida /Karakosch zeigen? Was sollte er besuchen?
Ich möchte ihm die Kirchen und ausgebrannten Häuser zeigen, damit er den Schaden sieht, den ISIS in dieser Stadt angerichtet hat. Und auch unser Heimatmuseum in Baghdida, um ihm unsere Geschichte und Kultur näher zu bringen.

What does this visit mean to you?
This visit has a moral value rather than an economic one. This is a topic that will engage public opinion around the world and especially in Iraq. I feel as though I have an important part to play in it.

What would you like to say to the Holy Father?

It would be wonderful to be able to meet him, and I would like to be able to say to him, “We need international protection, because our Christian community was forcibly displaced.”

What would you like to show him in Qaraqosh/ Baghdeda? What places should he visit?
I would like to be able to show him the churches and houses that were burnt out, so that he could see the destruction left behind by IS in this city. And also our Baghdeda Heritage Museum, so that we can show him our history and culture.