Libanon : « Les écoles catholiques sont le bras droit de l’Église, mais nous avons désespérément besoin de votre aide »

Le père Youssef Nasr est le président du secrétariat des écoles catholiques au Liban. Il s’est récemment entretenu avec Aid to the Church in Need (ACN) sur les défis auxquels sont confrontées les écoles alors que la grave crise économique du pays persiste.

Combien d’écoles catholiques y a-t-il au Liban ? Et quelle est la proportion d’élèves musulmans par rapport aux élèves chrétiens ?

Nous avons trois types d’écoles catholiques : 211 écoles privées catholiques payantes ; 90 écoles semi-gratuites qui, jusqu’en 2017, étaient soutenues en partie par l’État sous la forme d’une allocation annuelle – ces écoles sont les plus menacées – ; 19 écoles techniques.  Il y a environ 200 000 élèves : 73% sont chrétiens, 27 % sont musulmans.

Notre objectif est de préserver la présence des chrétiens au Liban. C’est un défi particulier pour les écoles chrétiennes situées dans des régions majoritairement musulmanes et où il n’y a qu’un faible pourcentage de chrétiens. Nous nous soucions de ces étudiants et nous les aidons, tout comme nous soutenons les chrétiens dans les régions où ils sont majoritaires. En outre, nous maintenons notre identité en restant ouverts à l’accueil de toutes les communautés.

Écoles catholiques au Liban
Soutien d’urgence à 10 écoles appartenant à la Congrégation des Sœurs Antonines

Quel est le rôle des écoles dans la préservation de la bonne entente interconfessionnelle?

Les écoles privées au Liban dépendent principalement des institutions religieuses. Dans ce contexte, les écoles catholiques jouent un rôle de coordination et de rapprochement. Ainsi, les écoles catholiques sensibilisent les étudiants de différentes religions, en les rassemblant. Cependant, pour ce qui est de la diffusion du message de l’Église catholique, nous traitons tous les étudiants de la même manière. Bien sûr, nous favorisons l’harmonie et insistons sur l’ouverture.

Nous essayons de coopérer avec les écoles musulmanes afin d’échanger nos expériences et d’établir une ouverture entre les institutions, de promouvoir l’harmonie entre les écoles chrétiennes et musulmanes, le tout pour former une société ouverte à toutes les religions au Liban.

Quel est le rôle des écoles dans la transmission de la foi ?

L’école catholique est le bras droit de l’Église et incarne sa mission. Cela est clair et manifeste : nous avons notre identité, notre mission et notre vision. L’atmosphère de nos écoles est imprégnée de valeurs chrétiennes. Nous sommes engagés dans la mission de l’Église et nous témoignons de notre foi à l’égard des élèves, du personnel et des parents.

Pourquoi l’accès à une éducation de qualité est-il si important?

Les parents veulent envisager le meilleur avenir possible malgré tous les problèmes actuels. Ils demandent une éducation de qualité pour leurs enfants, et c’est ce que nous offrons. C’est pourquoi nous devons maintenir cette éducation pour garder les gens au Liban et les empêcher d’émigrer, surtout dans la situation difficile d’aujourd’hui.

Nous devons donner un message positif aux parents, montrer que nous faisons de notre mieux pour maintenir notre système éducatif. C’est à cela que nous travaillons.

Écoles catholiques au Liban
Soutien d’urgence pour 2 écoles appartenant aux Jésuites

La dimension chrétienne de l’éducation est-elle bien accueillie par les familles musulmanes ?

Les familles musulmanes scolarisent leurs enfants dans des écoles chrétiennes de leur plein gré. Nous accomplissons notre mission non seulement auprès de l’élève chrétien, mais aussi auprès de l’élève musulman. Nous affirmons que le profil des élèves qui sortent de nos écoles est construit sur l’ouverture et la reconnaissance des autres, grâce à l’influence de l’éducation chrétienne.

Quels sont les principaux besoins et défis des écoles ?

Tout d’abord, les salaires des enseignants ont perdu beaucoup de leur valeur depuis que la monnaie nationale a commencé à s’effondrer. Nous nous efforçons donc de les protéger et de les garder en essayant de leur donner une petite somme d’argent en dollars américains chaque mois. C’est notre objectif, et nous espérons pouvoir l’atteindre grâce à l’aide que nous recevons.

Le deuxième besoin concerne nos dépenses énergétiques telles que l’électricité et le chauffage, qui représentent 40 % de toutes nos charges. Et bien que toutes ces dépenses soient payées en dollars américains, les frais de scolarité sont toujours acquittés principalement en livres libanaises, qui ont été dévalués et sont maintenant pratiquement sans valeur. Nous ne pouvons pas continuer sans l’aide qui nous est accordée – nous en avons désespérément besoin.

ACN aide les parents à payer les frais de scolarité et subventionne les salaires des enseignants dans 200 écoles. Quel est l’impact de cette aide ?

Sans ACN, nous ne pourrions jamais continuer et assumer toutes nos dépenses. Nous avons besoin de votre aide, qui est très importante pour nous, pour surmonter les difficultés.

Quel est votre message aux bienfaiteurs d’ACN ?

Je voudrais remercier chaque donateur et dire qu’il est très difficile – voire impossible – de continuer sans vous. Nous comptons sur votre aide dans notre mission chrétienne, sans laquelle nous mettrions en péril notre existence. Vous accomplissez une mission évangélique et fondamentale.

Our Task Areas
Our Regional Activities
Press contact

Latest News

En réponse à la demande du Pape de prier pour la paix au Myanmar, ACN annonce une initiative de prière qui coïncide avec l'anniversaire du coup d'État...
Après l'attaque d'une église protestante dans le Congo, un missionnaire dénonce le silence de la communauté internationale...
La reconstruction du couvent des sœurs dominicaines de St Joseph, totalement détruit, à Batnaya, en Irak, est un signe de cette foi....