Tchad : un « petit troupeau » chrétien dans le désert

Mgr Philippe Abbo Chen est le premier vicaire apostolique autochtone du vicariat de Mongo, à l’Est du Tchad. Dans une interview lors de sa visite au siège de la Fondation pontificale de l’Aide à l’Église en Détresse (ACN), il décrit un territoire dominé par une forte majorité musulmane, où la communauté chrétienne tient un rôle missionnaire jusqu’au cœur du désert du Sahara. Propos recueillis par Sylvain Dorient.

Visite de l'évêque Abbo Philippe CHEN à ACN International
Visite de l’évêque Abbo Philippe CHEN à ACN International

Le Vicariat apostolique de Mongo regroupe un territoire immense et désertique, pourriez-vous nous décrire cet espace atypique ?

Notre Vicariat couvre la moitié Est du Tchad soit plus de 500 000 km², cela représente la taille de la France ! Et sur cette étendue vivent environ 1 million 700 000 personnes. Avec une si faible densité, on comprend que l’essentiel de ce territoire est aride. Les musulmans représentent la grande majorité de la population. Les chrétiens ne sont pas plus de 15 000 sur ce territoire. Pourtant, ce territoire maigre en ressource reçoit un afflux massif de réfugiés fuyant le Soudan.

En quoi la guerre au Soudan vous affecte-t-elle ?

Nous avons sur le Vicariat plus de 100 000 réfugiés qui sont parvenus jusqu’à nous, sans la moindre ressource. Ce sont surtout des enfants, des vieillards et des femmes. J’ai vu un groupe d’entre-elles retirer leurs voiles pour les accrocher dans un arbre décharné, afin qu’il leur donne un peu d’ombre. Nous essayons de leur venir en aide, avec les moyens du Vicariat, mais ceux-ci sont limités. Et nous avons déjà nos propres problèmes de conflits internes séculaires entre agriculteurs sédentaires et éleveurs nomades.

Comment ces conflits se manifestent-ils?

Dans la grande majorité des cas, ce sont des troupeaux du nord qui sont lâchés sur des terres agricoles du sud. Les champs n’ont pas de barrière chez nous, alors ils font des ravages. Quand le paysan vient voir le berger des bêtes, il arrive fréquemment qu’une dispute éclate. Puis chacun appelle un frère, un cousin et la dispute se transforme en bagarre générale ! Malheureusement, beaucoup parmi les nomades sont bien armés. Fin août, j’ai été appelé pour me rendre sur le site de l’un de ces conflits à Mangalmé, à 100 km de Mongo. Un homme avait voulu faire sortir des bœufs de son champ et une terrible bataille à l’arme blanche s’en est suivie. Il y a eu dix morts !

Communauté Matgoro (Vicariat Apostolique de Mongo)
Communauté Matgoro (Vicariat Apostolique de Mongo)

Comment se fait-il que vous, un évêque chrétien, soyez appelé sur le site d’une attaque de ce type ?

Les agresseurs comme les victimes étaient tous musulmans, mais il y a dans notre région un grand respect des religieux. Ils m’ont demandé de me rendre sur place en tant qu’homme de Dieu. J’ai pu rencontrer les victimes… Quant aux agresseurs, comme toujours, ils avaient disparu dans le désert. Malheureusement, ce type de violence ne fait qu’augmenter avec le temps.

Qu’est-ce qui provoque cette augmentation de la violence, selon vous ?

Il y a plusieurs facteurs… Le désert avance, les lieux de pâturages diminuent, d’une part. La population tchadienne augmente d’autre part. Donc il y a un conflit pour les ressources. Il est aggravé par la prolifération d’armes à feu. De simples disputes dégénèrent encore plus vite quand des AK47 sont impliquées ! Enfin, l’État tchadien traverse une crise de l’autorité depuis la mort du Président Idriss Déby en avril 2021. Nous sommes inquiets de l’avenir du pays. L’éducation s’effondre, les prix des denrées alimentaires ont été multipliés par trois. Dans ce contexte difficile, notre Église fait office de refuge.

Constatez-vous que les chrétiens subissent des discriminations en raison de leur religion ?

Il arrive parfois que des paroissiens me disent qu’ils sont mal à l’aise d’afficher leur foi dans certains milieux. Mais dans l’ensemble, nous sommes parfaitement libres de vivre notre foi. Nous pouvons faire sonner nos cloches ou réaliser des processions librement en pleines rues.

Pourtant, nous rencontrons depuis quelques années des problèmes avec de jeunes imams qui reviennent de leurs formations au Soudan avec une idée stricte de l’islam. Ils refusent la fraternité avec les membres d’autres religions. Cela pourrait représenter un problème à terme.

Formation de 6 grands séminaristes du Vicariat Apostolique de Mongo, 2020
Formation de 6 grands séminaristes du Vicariat Apostolique de Mongo, 2020

Enfin, les conversions sont généralement mal vécues dans les familles. J’ai pour ma part un frère qui est devenu musulman, avec lequel j’ai de bons rapports, mais cela ne se passe pas toujours aussi bien. Dans mon pays, la personne n’existe pas pour elle-même, elle existe pour le groupe. Alors ce genre de démarches individuelles est souvent mal compris. En particulier quand un musulman devient chrétien. Cette année, nous avons eu trois cas d’une violence invraisemblable au sein de la famille de convertis qui voulaient recevoir le baptême.

Malgré toute ces difficultés, deux nouveaux prêtres vont bientôt être ordonnés dans votre Vicariat. C’est très honorable pour une communauté chrétienne de 15 000 personnes ! Comment expliquez-vous ces vocations ?

Notre Église est dynamique ! Je profite d’ailleurs de cette interview pour remercier ACN qui a participé aux frais de formation de ces deux séminaristes. La cathédrale de Mongo, bâtie il y a moins de dix ans, n’a déjà plus assez de places assises pour contenir nos messes dominicales, nous avons dû nous organiser pour faire plusieurs services. Nous avons des centaines de baptêmes. Notre communauté petite, ultra-minoritaire, perdue dans un immense territoire a une vocation évangélique originale.

Our Task Areas
Our Regional Activities
Press contact

Latest News

Récemment, une statue pèlerine de Notre-Dame de Fatima, bénie par le Pape Paul VI en 1967, a été exposée au...
Des milliers de fidèles ont signé une pétition adressée au Cardinal Malcolm Ranjith, lui demandant d’ouvrir une cause de béatification...
Les chefs des communautés locales affirment que les attaques suivent les tactiques employées par les bandits armés qui ont perpétré...