Pérou: Aide à la subsistance pour 16 religieuses contemplatives

Le Pérou est le troisième pays d’Amérique du Sud en termes de superficie. Les 32 millions de péruviens appartiennent en majorité à des tribus autochtones. Le pays présente une grande diversité, entre les hautes montagnes des Andes et la forêt amazonienne.

Le Pérou a été durement touché par la pandémie de Coronavirus. Bien que le pays ait réagi dès mars 2020 en imposant des restrictions, il y a eu plus de 1,7 million de contaminations et plus de 57.000 morts dans les 12 mois qui ont suivi. La crise économique et les tensions sociales ont également été exacerbées par la pandémie. De plus, les zones rurales connaissent une extrême pauvreté. Beaucoup de jeunes migrent donc vers les villes où il y a de plus en plus de problèmes de toxicomanie et de familles brisées.

La prélature apostolique d’Ayaviti se situe dans le sud du Pérou. Elle s’étend sur un territoire de plus de 32.000 kilomètres carrés et compte 300.000 habitants. Certaines parties de la région font partie des zones les plus pauvres et les plus négligées du pays.

Les sœurs de l’ordre contemplatif des Trinitaires vivent dans la prélature depuis 2011.
Les sœurs de l’ordre contemplatif des Trinitaires vivent dans la prélature depuis 2011.

L’Église catholique est confrontée à de nombreux défis. Bien qu’environ 85 pourcents de la population se disent catholiques, beaucoup de gens s’éloignent de l’Église car il y a bien trop peu de prêtres. À peine 20 prêtres s’occupent des fidèles des 21 paroisses de cet immense territoire. Il y a aussi un manque de catéchètes et de religieuses. Beaucoup de gens ne savent presque rien de la foi catholique. Les sectes en profitent pour se répandre de plus en plus.

Néanmoins, Mgr Kay Martin Schmalhausen, évêque émérite depuis avril 2021, aperçoit des signes d’espérance. En effet, les sœurs de l’ordre contemplatif des Trinitaires vivent dans la prélature depuis 2011. Elles vivent cloîtrées et se consacrent à la prière. Bien que les sœurs ne travaillent pas directement à la pastorale, elles soutiennent la vie pastorale de la prélature par leur prière, leur présence et leur témoignage de foi. Mgr Kay Martin Schmalhausen nous a écrit : « Nous nous réjouissons de constater l’augmentation des vocations à la vie cloîtrée et la multiplication des bénédictions qui les accompagnent ». En fait, le nombre de sœurs est passé de quatre à seize.

Cette année encore, comme dans le passé, l’évêque émérite nous a demandé de soutenir les religieuses par une aide à la subsistance. Nous avons promis 4.360 euros.

Our Task Areas
Our Regional Activities
Press contact

Latest News

L’attentat perpétré dans le diocèse de Dori, dimanche 25 février, n’est que le dernier d’une série d’attentats terroristes au Burkina...
Regina Lynch, Présidente exécutive de ACN International : « Il est essentiel de garantir le droit de pratiquer sa foi...
L’évêque de Pemba affirme que la situation causée par l’insurrection djihadiste est déjà désastreuse, mais il craint que le pire...