MOZAMBIQUE : Un catéchiste risque sa vie pour sauver un « trésor » de la paroisse de Palma lors d’une attaque terroriste

« Je suis animateur à la paroisse Saint Benoît de Palma ». C’est ainsi que se présente le catéchiste Paulo Agostinho Matica. Puis il remet entre les mains de l’administrateur apostolique de Pemba, Mgr Antonio Juliasse, les registres de la paroisse de Palma. Paulo Agostinho a caché et gardé ces documents comme un véritable trésor lorsque la ville a été attaquée par des terroristes le 24 mars. L’Aide à l’Église en Détresse (AED) raconte l’histoire exemplaire de ce catéchiste mozambicain.

« Le jour de l’attaque, j’étais en train de travailler dans la paroisse. J’étais à l’intérieur, dans la maison du prêtre… il devait être deux heures de l’après-midi. Les insurgés d’Al Shabaab sont arrivés et ont attaqué la paroisse de Palma ».

Dès l’instant où les premiers coups de feu et les premières détonations de bombes ont été entendus, le catéchiste a entrepris de sauver les registres ecclésiaux où sont enregistrés les mariages et les baptêmes de la paroisse, ce qui représente la mémoire historique de la communauté catholique de Palma.

Mgr Antonio Juliasse et Paulo Agostinho Matica.
Mgr Antonio Juliasse et Paulo Agostinho Matica.

Pendant deux jours, alors que la ville était occupée par les terroristes, que les gens fuyaient, que des coups de feu et des explosions retentissaient partout, Paulo Agostinho est resté caché dans la maison paroissiale. Le troisième jour, il a décidé de tenter sa chance et est allé chez un ami. De là, il est parti pour Quitunda, un petit village à la périphérie de la ville de Palma, récemment associée au mégaprojet d’exploration gazière.

De Quitunda, le catéchiste s’est rendu dans la localité de Senga, emportant avec lui les livres qu’il considère comme « le trésor » de la paroisse. Il y est arrivé la veille du dimanche des Rameaux. Toute la région était un théâtre de guerre. Les terroristes, qui se réclament de Daesh (l’État islamique), menaient l’une de leurs attaques les plus audacieuses dans la province de Cabo Delgado, et des informations circulaient selon lesquelles des personnes étaient tuées et décapitées à Palma, des centaines de personnes fuyaient, et tout cela dans une scène de chaos et de peur.

En arrivant à Senga, le catéchiste a rencontré une petite communauté chrétienne. Au milieu de ce climat de guerre, avec des gens ne sachant pas trop quoi faire ni où fuir, certains chrétiens ont découvert la présence du catéchiste. « Ils m’ont dit : Nous voulons prier. Je suis donc allé à l’église et nous avons prié ». En l’absence de prêtre, dans la région de Cabo Delgado, il est courant que les catéchistes célèbrent la liturgie de la Parole. C’est ainsi que les chrétiens de Senga ont vécu le dimanche des Rameaux.

Mais pour Paulo, il fallait encore trouver un endroit plus sûr pour ne pas perdre les précieux registres paroissiaux. Il est donc allé à Mwagaza, un autre village voisin où il a des parents. « J’y suis resté jusqu’au 11 avril ». Après avoir appris que l’attaque de Palma était terminée, Paulo a décidé de revenir, malgré tous les risques. Il ne savait pas ce qui l’attendait, il ne savait pas non plus qui il rencontrerait en chemin. « Je suis retourné à la paroisse pour voir comment allaient les choses … ».

Ce qu’il a trouvé l’a choqué et profondément attristé. L’église avait été pillée et il y avait des signes de destruction partout. La porte était cassée. Les terroristes avaient mis le feu à beaucoup de choses, aux icônes, à certains bancs, aux haut-parleurs, même à de nouvelles fenêtres qui devaient remplacer les anciennes… Tout était détruit. Au presbytère, Paulo Matica gardait environ 30.000 meticales [environ 400 euros] pour les dépenses de la paroisse. Tout avait disparu. « Ils ont pris l’argent, un écran plasma, et même la moto … ».

Deux mois et onze jours après l’attaque terroriste de Palma, le catéchiste s’est rendu à Pemba pour remettre les registres paroissiaux lors d’une brève cérémonie à laquelle l’AED a pu assister par vidéo. Mgr Juliasse, administrateur apostolique du diocèse, a salué son courage et sa détermination : « Je connaissais déjà le dévouement de notre animateur, à la paroisse Saint Benoît de Palma, mais je suis très impressionné de voir qu’il a pris soin de sauver les registres de la paroisse ».

L’évêque a souligné la bravoure de celui qui a risqué sa propre vie pour sauver ces registres « dans une période difficile d’attaques, de fusillades, de morts et d’exode ». Et il a parlé d’un témoignage d’amour pour l’Église : « Au milieu de la souffrance, il y a ce témoignage d’amour pour l’Église de Dieu, une Église que Paulo aime et dont il prend soin ».

Le courage de Paulo Agostinho Matica a permis de sauver les registres de la paroisse de Saint Benoît de Palma. En réalité, ce ne sont pas que de simples livres : dans ces pages manuscrites se trouvent les souvenirs de la communauté chrétienne, les noms de ceux qui se sont mariés dans cette église et aussi de ceux qui y ont été baptisés et confirmés. Sans le courage de cet homme, les registres paroissiaux auraient servi à alimenter le feu de joie de la haine que les terroristes avaient allumé sur le sol de l’église. Mais ils font maintenant partie de l’héritage historique du diocèse.

Our Task Areas
Our Regional Activities
Press contact

Latest News

Voici le témoignage de Sœur Joséphine Toyi du Burundi. Née dans un contexte de crise politique, elle a...
Le 2 juin, les Mexicains se rendront aux urnes dans un pays confronté à une flambée de violence...
Un chrétien a été brutalement battu ce 25 mai après avoir été faussement accusé d’avoir brûlé des pages...