ACN déplore le meurtre du Père Joseph à Kaduna, au Nigeria

En un seul mois, trois prêtres catholiques ont été enlevés au Nigeria. Deux d’entre eux ont depuis été libérés, mais la mort du troisième vient d’être confirmée.

ACN a reçu hier la confirmation officielle du décès du Père Joseph Aketeh Bako, du diocèse de Kaduna au Nigeria.

Le père Joseph avait été enlevé à son domicile le 8 mars. Bien que des rumeurs aient circulé selon lesquelles il était mort entre les mains de ses ravisseurs il y a plusieurs semaines, les autorités ecclésiastiques n’ont été en mesure de le vérifier que maintenant. Selon les rapports locaux recueillis par ACN, une autre personne qui était détenue au même endroit que le Père Joseph a été libérée il y a quinze jours. Cette personne a déclaré au président du conseil paroissial de la paroisse du Père Joseph que le prêtre était mort dans le camp à cause de la maladie et des mauvais traitements. Malgré cela, la famille a gardé l’espoir jusqu’au dernier moment qu’il pourrait être libéré vivant.

Père Joseph Aketeh Bako
Père Joseph Aketeh Bako

 » L’augmentation du nombre d’enlèvements, de meurtres et de la violence générale à l’encontre des civils, y compris les membres du clergé de l’Église catholique dans de nombreuses régions du Nigéria, est un fléau auquel les autorités locales ne se sont pas encore attaquées « , déclare Regina Lynch, directrice des projets d’ACN International.

Le père Joseph était l’un des trois prêtres catholiques enlevés en mars dernier. Deux autres prêtres, Leo Raphael Ozigi et Felix Zakari Fidson, ont été libérés par la suite. Au cours de la même période, selon une organisation nigériane qui surveille ces actes de violence, 287 personnes ont été assassinées et 356 enlevées dans le seul État de Kaduna.

Il y a quelques semaines à peine, Mgr Matthew Manoso Ndagoso, archevêque de Kaduna, a évoqué la situation critique des enlèvements et des persécutions lors du dimanche de Pâques : « Il n’y a pas de volonté politique pour résoudre les problèmes de sécurité dans ce pays. Les forces de sécurité du Nigeria ont montré qu’elles en étaient capables. Notre armée peut le faire. Donc, que cela se produise dans notre pays montre que quelque chose ne va pas. Nous ne devons blâmer personne d’autre que le gouvernement. Ils nous disent qu’ils contrôlent la situation, mais nous pensons que la situation les dépasse ».

Cependant, l’archevêque a également parlé d’espoir : « Oui, nous souffrons. Oui, nous sommes traumatisés. Oui, nous sommes découragés. Oui, à l’heure où nous parlons, des milliers de Nigérians sont dans les griffes des kidnappeurs, et des centaines de milliers d’autres ont perdu leurs proches. De nombreuses personnes ici ont été victimes de ces enlèvements. Dans des situations comme celle-ci, il est facile de penser, même pour les personnes les plus religieuses, que Dieu les a abandonnées. Mais la résurrection de Jésus-Christ nous donne de l’espoir. L’Évangile dit aux gens que le Christ ressuscité est avec nous ».

Our Task Areas
Our Regional Activities
Press contact

Latest News

Beaucoup des chrétiens de Tyr sont pauvres, ne survivant que grâce à l'aide de l'Église,...
Méditation de Sr Noha de la clinique Borj-Hammoud Nabaa au Liban...
Le P. Youssef Nasr, parle des défis auxquels sont confrontées les écoles catholiques au Liban en raison de la grave crise économique...