« Pas de paix sans liberté religieuse » affirme le Pape

Lors de son traditionnel discours aux membres du corps diplomatique, le pape François a souligné l’intolérance croissante envers les chrétiens, même dans les pays où ils ne sont pas une minorité.

Le pape François affirme qu’il ne peut y avoir de paix sans liberté religieuse, et a décrié le fait que dans de nombreux pays à majorité chrétienne, ce droit universel est également attaqué.

Dans son discours annuel au corps diplomatique accrédité auprès du Saint-Siège, le 9 janvier, le pape a longuement évoqué les menaces actuelles pour la paix dans le monde, ajoutant que « La paix exige également que la liberté religieuse soit universellement reconnue. Il est inquiétant que des personnes soient persécutées simplement parce qu’elles professent publiquement leur foi et que, dans de nombreux pays, la liberté religieuse soit limitée. Environ un tiers de la population mondiale vit dans ces conditions. »

Cette conclusion correspond aux données du dernier rapport sur la liberté religieuse dans le monde publié par Aid to the Church in Need, selon lequel 62 pays sur un total de 196 présentent des violations très graves de la liberté religieuse.

Le Saint-Père a souligné que les chrétiens sont particulièrement touchés par la persécution religieuse. « Outre le manque de liberté religieuse, il existe également des persécutions pour motifs religieux. Je ne peux manquer de mentionner, comme le montrent certaines statistiques, le fait qu’un chrétien sur sept est persécuté. »

 pape François liberté religieuse
Pape François

Cependant, poursuit François, il y a aussi des problèmes dans les pays où les chrétiens forment la majorité, et devraient donc être à l’abri de l’intolérance. « Il est important de ne pas oublier que la violence et les discriminations à l’égard des chrétiens augmentent aussi dans les pays où ils ne sont pas une minorité. La liberté religieuse est également menacée lorsque les croyants voient réduite la possibilité d’exprimer leurs convictions dans la sphère de la vie sociale, au nom d’une compréhension erronée de l’inclusion. La liberté religieuse, qui ne peut être réduite à la seule liberté de culte, est l’une des conditions minimales pour vivre de manière digne. »

Ce n’est pas la première fois que le pape François met en garde contre le danger de la « persécution polie » déguisée en modernité et en progrès, qui s’est développé et touche de nombreux groupes confessionnels.

François a appelé les gouvernements à assurer la protection de la liberté religieuse dans leur pays et à faire tout leur possible pour la promouvoir à l’étranger, saluant le fait que l’Union européenne, par exemple, a nommé un nouvel envoyé spécial pour la liberté religieuse.

« Les gouvernements ont le devoir de protéger ce droit et de garantir à toute personne, conformément au bien commun, la possibilité d’agir selon sa conscience, y compris dans la sphère publique et dans l’exercice de sa profession. »

Il a exprimé son espoir que l’Envoyé spécial pour la promotion de la liberté de religion ou de conviction en dehors de l’UE puisse disposer des ressources et des moyens nécessaires pour mener à bien son mandat spécifique.

Le pape a en outre souligné que la religion ne devait pas être considérée comme une cause de conflit entre les nations et les peuples, mais comme « une partie de la solution pour une vie plus harmonieuse dans la société », a-t-il dit, citant son propre discours prononcé lors de sa visite au Kazakhstan, en 2022.

« On veut souvent attribuer à la religion les différents conflits qui accompagnent l’humanité ; et il est vrai que les tentatives déplorables d’instrumentaliser la religion à des fins purement politiques ne manquent pas. Mais cela est contraire à la perspective chrétienne qui met à nu la racine de tout conflit, à savoir le déséquilibre du cœur humain, « car c’est du dedans, du cœur de l’homme, que sortent les pensées perverses » (Mc 7,21), comme nous le rappelle l’Évangile. Le christianisme incite à la paix parce qu’il encourage la conversion et l’exercice de la vertu », a conclu le pape François.

La promotion de la liberté religieuse dans le monde et le suivi des violations, est l’une des missions de ACN qui publie un rapport bisannuel sur la liberté religieuse. Le Rapport sur la liberté religieuse dans le monde de Aid to the Church in Need est le principal projet de recherche de ACN, et a considérablement évolué au fil des ans, passant d’une petite brochure publiée en italien en 1999 à une publication d’environ 800 pages, produite par une équipe mondiale. Le prochain rapport sera publié en avril 2023.

Our Task Areas
Our Regional Activities
Press contact

Latest News

En réponse à la demande du Pape de prier pour la paix au Myanmar, ACN annonce une initiative de prière qui coïncide avec l'anniversaire du coup d'État...
Après l'attaque d'une église protestante dans le Congo, un missionnaire dénonce le silence de la communauté internationale...
La reconstruction du couvent des sœurs dominicaines de St Joseph, totalement détruit, à Batnaya, en Irak, est un signe de cette foi....