Les émeutes de Jaranwala ont marqué un tournant dans le dialogue interreligieux au Pakistan

Il y a une quinzaine d’années, Mgr Sebastian Shaw constatait beaucoup de scepticisme et peu d’intérêt pour le dialogue de la part des dirigeants musulmans. Après des années d’efforts pour établir la confiance, il dit que les oulémas eux-mêmes prennent désormais l’initiative de parler au nom des chrétiens persécutés.  

L’archevêque de Lahore, Mgr Sebastian Francis Shaw, estime que la pression exercée par les érudits islamiques est essentielle pour encourager le gouvernement à sévir contre les extrémistes qui persécutent les chrétiens au Pakistan.

dialogue interreligieux Pakistan
Archevêque Sebastian Shaw

S’adressant à l’œuvre pontificale de bienfaisance Aid to the Church in Need (ACN), lors d’une récente visite au siège international de la fondation en Allemagne, l’archevêque a décrit les fruits du dialogue interreligieux dans son pays d’origine, et comment un récent cas de persécution anti-chrétienne semblait avoir marqué un tournant dans les relations entre l’Église catholique et l’islam.

Des milliers de chrétiens ont été contraints de fuir leurs maisons lorsqu’une foule musulmane s’est déchaînée à Jaranwala, près de Faisalabad, le 16 août, en raison de rumeurs selon lesquelles deux frères chrétiens auraient profané le Coran. Des dizaines d’églises ont été incendiées et des centaines de familles se sont retrouvées sans abri alors que leurs maisons étaient pillées et incendiées. Heureusement, personne n’a été tué, mais les chrétiens ont dû dormir dans les champs pendant plusieurs nuits, car il était trop dangereux de rentrer.

dialogue interreligieux Pakistan
Cofinancement de la formation à la foi & ; soins pastoraux à la communauté chrétienne par le biais d’un dialogue entre chrétiens et musulmans au Centre de la paix

« Le lendemain, nous avons eu une conférence de presse à Lahore, avec six ou sept dirigeants musulmans, ou oulémas, qui sont membres de notre groupe de dialogue. J’ai montré à l’un d’eux les photos d’enfants dormant dans les champs, et je lui ai dit : “Nous ne sommes que 2 % de la population, vous êtes 97 %. Pourquoi votre peuple nous fait-il cela ?”. Il était bouleversé, et pendant la conférence de presse, il a manifesté son émotion et s’est tourné vers moi en me disant : “Monseigneur, je vous demande pardon, au nom de tout notre peuple” ».

Des musulmans s’élèvent contre l’islam radical

Mgr Sebastian Shaw souligne que la création du Pakistan a été envisagée comme un projet de liberté religieuse, où les non-hindous pourraient échapper au strict système de castes qui régnait alors encore en Inde. Les chrétiens de la région où se trouve Jaranwala ont joué un rôle déterminant pour que le Pendjab occidental rejoigne le pays nouvellement formé. Cependant, la montée de l’islam radical est un problème depuis des décennies, et le gouvernement manque souvent de volonté pour sévir contre les extrémistes, car son intervention pourrait entraîner des troubles dans tout le pays. « Le Pakistan tolère le mal, mais le problème est que ce mal devient alors si grand qu’il est difficile à contrôler. De nombreuses personnes ont été arrêtées après les émeutes, principalement des membres du parti extrémiste TLP. Mais le gouvernement a du mal à leur infliger une peine en raison des répercussions que cela pourrait avoir dans d’autres villes. Traditionnellement, ce qu’ils font, c’est forcer les chrétiens à se réconcilier avec leurs agresseurs, afin que nous leur pardonnions, et c’est peut-être ce qu’ils proposeront cette fois-ci aussi ».

dialogue interreligieux Pakistan
Cofinancement de la formation à la foi & ; soins pastoraux à la communauté chrétienne par le biais d’un dialogue entre chrétiens et musulmans au Centre de la paix

Cependant, Mgr Shaw pense que les choses sont en train de changer. « La voix des érudits musulmans est devenue très importante, en particulier là où le gouvernement et les forces armées ont plus de mal à intervenir. L’un des résultats de notre dialogue est que, pour la première fois, de nombreux érudits musulmans nous ont soutenus et continuent de le faire. Par exemple, j’ai rencontré le chef national d’un groupe musulman influent, le Jamaat-e-Islami, à Jaranwala, et il m’a dit qu’il était vraiment désolé pour ce qui s’était passé, et a promis qu’ils soutiendraient les enfants qui avaient perdu leurs manuels scolaires au cours de l’incendie de leurs maisons. Il y a deux semaines, ils ont offert des livres à 200 enfants. C’est le résultat de notre dialogue, et c’est pourquoi nous devons promouvoir davantage le dialogue ».

L’archevêque est très impliqué dans le dialogue interreligieux depuis de nombreuses années. Il a été président de la commission pour le dialogue interreligieux de la Conférence épiscopale pakistanaise, et maintenant qu’il a été remplacé, il continue à travailler avec les dizaines de partenaires du dialogue islamique dans son propre archidiocèse, en plus de siéger au Dicastère pour le dialogue interreligieux du Vatican.

Faire tomber les barrières

Au début, dit-il, les musulmans ont eu du mal à comprendre le concept de dialogue interreligieux. « Au début, beaucoup de musulmans rejetaient le dialogue. Ils disaient que l’islam était très clair : soit vous êtes musulman, soit vous ne l’êtes pas, il n’y a rien à discuter. Mais après plusieurs années d’efforts, certains d’entre eux comprennent maintenant ce que nous faisons et ce que nous pouvons accomplir ensemble. Par exemple, nous avons étudié ensemble le document du pape sur le développement durable, Laudato Si. Maintenant, lorsqu’ils voient des violences comme celles qui se sont produites à Jaranwala, de nombreux musulmans ont le sentiment que cela ne peut pas être l’image du Pakistan ».

dialogue interreligieux Pakistan
Église et maisons chrétiennes détruites après l’attaque des extrémistes

L’archevêque espère que les voix d’éminents chefs musulmans dénonçant la persécution des minorités au Pakistan pourraient encourager le gouvernement à protéger les chrétiens et les autres groupes confessionnels et punir ceux qui les attaquent. Plus important encore, il dit que les oulémas prennent enfin eux-mêmes l’initiative.

« Pas plus tard que la semaine dernière, nous avons eu une réunion dans notre maison épiscopale, au cours de laquelle deux oulémas, dont le grand-imam de Lahore, ont accepté d’organiser une conférence interreligieuse au niveau national dans la capitale fédérale d’Islamabad. De cette façon, ils influencent également le gouvernement pour qu’il travaille davantage en faveur du dialogue et d’une meilleure société au Pakistan », estime-t-il.

ACN soutient le dialogue interreligieux au Pakistan depuis de nombreuses années, notamment en cofinançant le dialogue islamo-chrétien au « Peace Centre » de Lahore et d’autres activités pour les jeunes afin de promouvoir l’éducation à la paix, la solidarité et le dialogue.

En 2023, ACN a soutenu le tournoi de football Don Bosco à Khuspur, qui vise à promouvoir une atmosphère de dialogue, de respect mutuel et de compréhension entre les jeunes Pakistanais de différentes communautés religieuses, ainsi que la participation des jeunes au Conseil interconfessionnel pour la paix et l’harmonie à Islamabad.

Our Task Areas
Our Regional Activities
Press contact

Latest News

Dix ans après le début de la guerre en Ukraine, la fondation ACN consacrera sa campagne de Carême 2024 à soutenir...
Des missionnaires, des prêtres et des religieuses ont été contraints de fuir vers Pemba ou d’autres grandes villes, qui sont...
L’Église en Patgonie est confrontée à un scénario unique, marqué par les distances, la diversité et le manque de ressources....