Des terroristes égorgent trois chrétiens

Mgr Alberto Vera Arejula, évêque de Nacala au Mozambique, a révélé que des terroristes portant un uniforme militaire ont rassemblé une foule de personnes, avant de séparer les chrétiens et de les égorger un par un.

S’adressant à Aid to the Church in Need (ACN), Mgr Alberto Vera Aréjula, évêque de Nacala, a révélé les détails de l’attaque macabre qui a eu lieu un jour après le meurtre d’une religieuse italienne à Chipene le 6 septembre.

Mgr Vera a déclaré : « Cela nous a été raconté par l’un des frères d’une des victimes. Il a dit que les terroristes étaient habillés en uniforme militaire, qu’ils avaient rassemblé la population en disant qu’ils étaient là pour les sauver. Quand ils ont tous été rassemblés, ils ont commencé à demander qui était musulman et qui était chrétien. Ceux qui se sont présentés comme chrétiens ont eu leurs mains attachées derrière le dos. Ils ont alors égorgé trois d’entre eux.

Un chrétien a réussi à s’enfuir et c’est lui qui a raconté l’histoire. Entre la nuit du 6 septembre et le jour suivant, Ils ont assassiné 11 personnes laissant derrière eux beaucoup de destruction et de peur. »

Mgr Alberto Vera Aréjula (évêque de Nacala)
Mgr Alberto Vera Aréjula (évêque de Nacala)

Le 6 septembre, des terroristes ont attaqué une mission catholique à Chipene, tuant Sœur Maria de Coppi et incendiant l’église de la mission, le centre de santé et le pensionnat.

L’évêque a déclaré : « Je la connaissais et elle était comme une mère ; elle aidait vraiment tout le monde, humblement, avec un amour simple. Nous allons ouvrir un dossier pour établir si elle a été martyrisée. » Il a ajouté : « Sœur Maria de Coppi était infirmière et aidait les enfants malnutris dans une petite pièce où il y avait du lait et de la farine, et ils ont détruit cette pièce également. Ils nous disent très clairement qu’ils ne veulent pas de nous là-bas. Pour l’instant, nous n’y retournerons pas, mais nous travaillerons avec la mission d’une autre manière. »

terroristes au Mozambique
Voiture brûlée à Chipene Mission après l’attaque à Chipene

Même si de nombreux terroristes proclament un projet islamiste et que Daesh (État islamique) a affirmé être impliqué dans le pays, Mgr Vera a souligné qu’il ne s’agissait pas d’un conflit strictement religieux. Il a déclaré : « Ceux qui ont un projet islamique fondamentaliste sont généralement des étrangers. Ils construisent des mosquées et sèment la confusion parmi les autres musulmans. À Nacala, il y a au moins quatre groupes de musulmans qui se distinguent nettement les uns des autres. Les vrais musulmans se sentent unis aux chrétiens et ils vivent côte à côte. »

Il a ajouté : « Les dirigeants de ce mouvement, qu’ils soient djihadistes, terroristes ou criminels, profitent de cette situation pour des raisons financières. Ils veulent que nous voyions cela comme une lutte religieuse, mais je ne suis pas d’accord. Je ne suis pas la seule personne qui pense cela ».

Our Task Areas
Our Regional Activities
Press contact

Latest News

Le P. Youssef Nasr, parle des défis auxquels sont confrontées les écoles catholiques au Liban en raison de la grave crise économique...
Les prêtres catholiques arrêtés par la milice russe ont assuré des soins pastoraux et sont restés dans les territoires occupés par la Russie...
"Somos una Iglesia muy pequeñita, pero pequeñita no significa muerta o insignificante"...