Colombie : Marcher ensemble vers le ciel

Un jeune prêtre parle des défis et des joies qu’il éprouve à apporter les sacrements aux communautés les plus isolées de l’Amazonie colombienne.

Le père Jonathas Fernandes n’a que 33 ans, mais il a déjà un CV impressionnant en tant que missionnaire. Il n’était qu’un jeune garçon lorsque, dans son Brésil natal, il a ressenti l’appel au sacerdoce : « J’ai été attiré par le détachement, la pauvreté et la mission. » Au cours d’une expérience vocationnelle, il a découvert le vicariat apostolique de Mitú, en Amazonie colombienne, à la frontière avec le Brésil. Bien qu’il ait été ordonné il y a seulement six ans, cela fait neuf ans qu’il s’est installé à Mitú, où il a terminé sa formation et a été ordonné.

Père Jonathas Fernandes au vicariat apostolique de Mitú
Père Jonathas Fernandes au vicariat apostolique de Mitú

Mitú est un endroit rude, inconnu même de la plupart des Colombiens. Il est recouvert d’une jungle dense et en proie aux maladies tropicales, aux serpents et autres animaux venimeux, sans parler de ses rivières et cascades dangereuses. Cependant, malgré tous ces défis, l’Église est présente dans la région depuis un siècle.

Certaines paroisses de Mitú sont très isolées. Dans la paroisse de Notre-Dame de Fatima – sa plus longue affectation à ce jour, même s’il la remplacera bientôt par Notre-Dame du Carmel – le père Jonathas est presque complètement coupé du reste du monde : il passe souvent des mois sans pouvoir communiquer avec le monde extérieur. Tous les six mois, il se rend au siège du vicariat pour y chercher des provisions, du carburant pour son bateau et tout le matériel liturgique tel que les hosties, les Bibles et autres matériels catéchétiques. Or, cette distance ne peut être parcourue qu’à bord d’un avion monomoteur d’une capacité maximale de 500 kg, pilote et passagers compris. « Je dois faire très attention à ma consommation de carburant et à mes provisions, sinon je risque de tomber en panne sèche », explique-t-il à Aid to the Church in Need (ACN).

Les visites aux différentes communautés de fidèles constituent un autre défi. « Il y a 16 communautés qui sont à environ quatre heures de bateau chacune, mais il y en a une autre qui est à sept jours de bateau. » En raison de ces distances, il ne parvient à visiter certaines d’entre elles que tous les ans ou tous les deux ans. Lorsqu’il s’y rend, il doit parfois célébrer dix baptêmes en une seule journée, pour la simple raison qu’il ne peut pas venir plus souvent.

Le père Jonatas Fernandes de Souza, lors d'une réunion du clergé de ce vicariat avec l'évêque et le comité de projet de l'AED.
Le père Jonatas Fernandes de Souza, lors d’une réunion du clergé de ce vicariat avec l’évêque et le comité de projet de l’AED.

La région de Mitú abrite 26 groupes indigènes, chacun ayant sa propre langue et ses propres traditions. Pratiquement toutes les communautés ont été en contact avec le catholicisme, et même celles qui n’ont pas été baptisées reçoivent amicalement les missionnaires en visite. Le père Jonathas explique que « dans les années 1980 et 1990, alors que nous n’avions pas beaucoup de missionnaires sur place – en fait, nous n’en avons toujours pas assez – d’autres confessions chrétiennes, comme les protestants, se sont installées ici ».

Au cours de ses visites, le père Jonathas a pu constater que, malgré les différents groupes ethniques, il existe des mots communs à tous, comme paí, qui désigne les prêtres. « Paí signifie ‘petit Dieu’, et c’est ainsi qu’ils nous appellent affectueusement », explique le père Jonathas. Tout cet amour pour le prêtre se manifeste à chaque fois qu’un enfant est baptisé, car beaucoup attendent que le prêtre arrive pour baptiser leurs enfants.

Père Jonathas raconte qu’on lui demande souvent pourquoi il reste là-bas, surtout lorsqu’il doit passer des mois sans contact avec le monde extérieur, soit parce qu’il n’y a pas d’internet dans la région, soit parce qu’il y a de longues périodes sans électricité. Sa réponse est simple : « La joie de voir un frère recevoir le baptême après une longue attente ou d’un frère assister à la catéchèse ou recevoir la première communion… C’est comme marcher ensemble vers le ciel ! Et cela produit une joie qui ne s’explique pas. »

Visite de communautés isolées en Amazonie colombienne avec le Père Jonathas
Visite de communautés isolées en Amazonie colombienne avec le Père Jonathas

L’aventure de foi du père Jonathas n’aurait pas été possible sans soutien extérieur, et c’est pourquoi, comme beaucoup d’autres missionnaires de la région amazonienne, il est très reconnaissant pour le soutien qu’il reçoit de la fondation ACN. « Toute l’aide que nous recevons ici vient de personnes d’ailleurs qui veulent soutenir la mission dans la forêt amazonienne. Cette aide nous permet de former de nouveaux catéchistes ; c’est eux qui nourrissent la foi des gens quand le prêtre n’est pas là. L’aide que nous recevons des bienfaiteurs de ACN est cruciale pour maintenir la mission vivante ici à Mitú ! »

La vie du père Jonathas en tant que missionnaire en Amazonie coule comme un fleuve, avec ses eaux calmes et ses courants dangereux, avec sa beauté et ses dangers. Chaque jour, il rend grâce de n’avoir jamais été en danger de mort : « Nous devons franchir des cascades et tirer le bateau sur les rochers lorsque l’eau est trop peu profonde. D’autres n’ont pas eu cette chance et se sont retrouvés en grand danger lorsque leur bateau a chaviré. »

Aujourd’hui, le jeune prêtre se dirige vers une nouvelle mission – la paroisse Notre-Dame du Carmel, également à Mitu, qui se trouve à « seulement » quatre heures de bateau du siège du vicariat, et où de nouvelles joies et de nouveaux défis l’attendent.

 

Par Rodrigo Arantes.

Our Task Areas
Our Regional Activities
Press contact

Latest News

Le 2 juin, les Mexicains se rendront aux urnes dans un pays confronté à une flambée de violence...
Malgré la crise humanitaire dévastatrice, père Gabriel Romanelli, curé de la paroisse de la Sainte Famille à Gaza,...
On estime que la Chine - sans compter Hong Kong et Macao - compte entre 50 et 70 millions...