Soudan : Beaucoup de chrétiens ont fui le pays. Ceux qui restent sont confrontés à d’énormes difficultés.

Dans une interview accordée à la fondation pontificale Aid to the Church in Need (ACN), un missionnaire combonien espagnol qui a travaillé pendant des années au Soudan, affirme que de nombreux chrétiens qui vivaient au Soudan ont fui le pays, ou du moins les villes en proie à la violence.

Père Jorge Naranjo avec sa communauté au Soudan
Père Jorge Naranjo avec sa communauté au Soudan

Le père Jorge Carlos Naranjo était en vacances dans son pays natal, l’Espagne, lorsque la guerre civile a éclaté. Les Forces de Soutien Rapide (FSR), fidèles au vice-président, ont attaqué les structures clés du gouvernement et se sont opposées à l’armée régulière, qui obéit au président. La majeure partie de la capitale et d’autres villes importantes se sont immédiatement transformées en zones de guerre.

Face à cette situation, la plupart des missionnaires catholiques ont choisi de rester pour soutenir leurs fidèles. Cependant, de nombreux chrétiens laïcs ont fui vers des régions plus sûres, notamment les Sud-Soudanais, qui constituent la majorité de la population catholique au Soudan, et qui sont retournés en grand nombre au Sud-Soudan, explique-t-il à l’organisation caritative catholique internationale.

« La plupart des chrétiens soudanais locaux sont originaires des monts Nouba. Certains d’entre eux sont retournés dans les montagnes et d’autres sont restés à El-Obeid. Certains qui étaient à Khartoum sont restés. Nous avons également une grande communauté Nouba à Port Soudan, où la situation est pacifique », explique le père Naranjo.

Le missionnaire explique qu’il existe également une importante communauté de chrétiens coptes orthodoxes. Bien que leurs racines remontent à l’Égypte, ces communautés sont présentes au Soudan depuis des siècles et leurs membres sont des citoyens soudanais à part entière. « Certaines églises ont été attaquées par les Forces de Soutien Rapide, notamment la cathédrale copte de Khartoum qui a été occupée et transformée en centre de commandement. La cathédrale copte d’Omdurman a également été attaquée et pillée. Ils ont pris plusieurs voitures et ont menacé l’évêque et l’un des prêtres, essayant de les forcer à se convertir à l’islam. De nombreux travailleurs coptes ont également été incités à se convertir, mais ils ont tous refusé. Bien qu’ils soient au Soudan depuis 100 ou 200 ans, les Coptes se marient généralement entre eux, et leur peau est donc plus claire que celle de la plupart des Soudanais, et les soldats de FSR les ont insultés, leur disant qu’ils n’étaient pas de vrais Soudanais à cause de cela.

« La cathédrale épiscopale de Tous-les-Saints à Khartoum a également été attaquée par les soldats des FSR et l’évêque a été renvoyé. Certaines de nos églises ont également été pillées », explique le missionnaire, ajoutant qu' »il y a beaucoup de réfugiés éthiopiens et érythréens. Certains d’entre eux se sont installés dans des villes plus proches des frontières de leurs pays respectifs, où il y a également beaucoup de pression en raison du grand nombre de réfugiés et où il y a une grande détresse. Certains Éthiopiens sont rentrés en Éthiopie, mais pour d’autres, c’est difficile. Pour les Érythréens, c’est encore plus difficile, car ils ne peuvent pas retourner en Érythrée et l’Égypte leur a fermé ses frontières.

Graves pénuries et chaleur torride

Le père Naranjo explique que tous ceux qui restent dans les zones de conflit, qu’ils soient chrétiens ou non, sont confrontés à d’énormes difficultés, notamment au manque de nourriture, d’eau potable et d’électricité, ce qui, dans la chaleur estivale du Soudan, rend la vie extrêmement difficile. Dans de nombreux cas, des maisons civiles ont été occupées par les soldats des FSR et de nombreux civils ont été tués dans les affrontements.

Camp de réfugiés du Sud-Soudan près de Kosti
Camp de réfugiés du Sud-Soudan près de Kosti

Les organisations internationales ont beaucoup de mal à accéder aux populations dans le besoin, mais certains groupes sur le terrain apportent leur aide. « Ceux qui sont maintenant sur le terrain et qui essaient de faire de leur mieux sont les ‘Comités de résistance’. Ils sont organisés par quartier et ont été les principaux agents de la révolution, ce qui fait d’eux des cibles, mais ils sont les plus proches de la population.

Le conflit a également rendu plus difficile les contacts entre ACN et ses partenaires de projet au Soudan, mais l’organisation caritative pontificale continue à faire tout son possible pour soutenir les communautés chrétiennes dans le pays et pour sensibiliser à la situation, afin qu’elle ne devienne pas une autre guerre oubliée en Afrique.

Our Task Areas
Our Regional Activities
Press contact

Latest News

L’attentat perpétré dans le diocèse de Dori, dimanche 25 février, n’est que le dernier d’une série d’attentats terroristes au Burkina...
Regina Lynch, Présidente exécutive de ACN International : « Il est essentiel de garantir le droit de pratiquer sa foi...
L’évêque de Pemba affirme que la situation causée par l’insurrection djihadiste est déjà désastreuse, mais il craint que le pire...