ACN est préoccupée par des rapports faisant état d’une augmentation de la persécution des chrétiens en Inde

À quelques semaines des élections dans le pays le plus peuplé du monde, les organisations locales de défense des droits de l’homme mettent en garde contre une montée de l’intolérance et des atteintes à la liberté religieuse.

La fondation internationale Aid to the Church in Need (ACN) exprime sa profonde préoccupation face aux informations en provenance de l’Inde, qui font état d’une augmentation des persécutions à l’encontre des chrétiens.

Selon le Forum chrétien uni pour les droits de l’homme (FCUDH), une organisation œcuménique indienne qui recense les incidents de persécutions contre les chrétiens de toutes confessions de la part d’agents privés ou publics, au moins 161 situations ont été signalées au cours des deux premiers mois et demi de l’année 2024.

Une jeune fille tient une affiche sur la violence à Manipur adressée au Premier ministre indien Narendra Modi.
Une jeune fille tient une affiche sur la violence à Manipur adressée au Premier ministre indien Narendra Modi.

Dans un document envoyé à ACN, le FCUDH rappelle que le pays n’est qu’à quelque semaines du début des élections nationales – qui se dérouleront du 19 avril au 1er juin – une période où les tensions sociales ont déjà tendance à être élevées, et appelle donc les autorités nationales à garantir l’égalité de protection et de droits à tous les citoyens, quelle que soit leur religion. « En tant que FCUDH, nous demandons à nos dirigeants de mettre fin à cette violence en prenant des mesures strictes contre les auteurs de tous ces crimes, et nous espérons et prions pour des élections pacifiques et équitables », peut-on lire dans le communiqué transmis à la fondation.

Le texte indique que dans 19 États en Inde « les chrétiens sont en danger de mort en raison de la pratique de leur foi ». Le premier État en termes d’agressions contre les chrétiens – avec 47 incidents signalés – est le Chhattisgarh, « un État notoirement connu pour l’ostracisme social des chrétiens ».  Dans cet État, il y a même eu des cas de villageois refusant à leurs voisins chrétiens le droit d’enterrer leurs morts selon les rites chrétiens.

Parmi les questions soulevées par le FCUDH, on note le nombre alarmant d’arrestations de chrétiens en raison de fausses allégations de conversion illégale, qui s’élève à 122 rien qu’au cours des 75 premiers jours de l’année. Le Uttar Pradesh est l’un des États qui a connu un grand nombre de ces arrestations.

De sombres perspectives pour la liberté religieuse

L’Inde est l’un des pays les plus préoccupants cité dans le rapport 2023 de ACN sur la liberté religieuse, le « gouvernement autoritaire » et le « nationalisme ethno-religieux » étant indiqués comme les principaux moteurs de la persécution.

Incendie criminel de la paroisse Holy Redeemer à Canchipur
Incendie criminel de la paroisse Holy Redeemer à Canchipur

« La communauté chrétienne en Inde continue d’être confrontée à des violences ciblées et à des crimes de haine », indique le rapport, qui ajoute que « la propagation de la philosophie Hindutva, promue par le groupe Hindutva Rashtriya Swayamsevak Sangh (RSS), est, dans une large mesure, la cause principale de cette persécution croissante à l’encontre des chrétiens. L’Hindutva, une forme  extremiste du nationalisme hindou, est intolérante à l’égard des autres religions ou cultures. Le BJP, qui a pris le pouvoir en 2014, souscrit à cette approche idéologique et son succès politique a facilité la rhétorique et l’action religio-nationalistes. »

Le rapport poursuit en expliquant que « l’Inde est un exemple de ‘persécution hybride’, où à la fois des mesures pseudo-légales et des attaques sanglantes sont perpétrées contre les Indiens ayant la ‘mauvaise’ religion », concluant que « les perspectives pour la liberté de religion continuent donc d’être négatives ».

ACN appelle ses amis et bienfaiteurs à prier pour que la période électorale en Inde se déroule le mieux possible et en toute sécurité, et en particulier pour que les minorités religieuses, y compris les chrétiens, puissent voir leurs droits humains et citoyens pleinement respectés et défendus.

 

Par Filipe d’Avillez.

Our Task Areas
Our Regional Activities
Press contact

Latest News

Six évêques de l’Est de la République Démocratique du Congo (RDC) ont « fait le tour d’horizon de la situation socio-pastorale »...
Un évêque de Guinée équatoriale s’interroge sur les causes et les conséquences des migrations qui ont lieu sur le continent...
En décembre dernier, Maxime François-Marsal, responsable des projets de ACN dans les pays francophones d’Afrique centrale, a effectué un voyage...