ACN dresse le bilan de 2021 : gratitude et souci d’aider les chrétiens persécutés

Dans son bilan de l’année 2021, Thomas Heine-Geldern, le président exécutif de la fondation pontificale Aid to the Church in Need (ACN), rappelle l’augmentation des persécutions religieuses dans le monde. Il déplore également la montée de l’intolérance envers les convictions chrétiennes dans le monde occidental. Le président d’ACN constate qu’en même temps, une attention plus grande est accordée aux victimes de persécutions religieuses. Voici l’énoncé de sa déclaration :

« Le travail d’ACN en 2021 a été marqué par la gratitude et l’inquiétude : nous sommes surtout reconnaissants que le Seigneur ait à nouveau visiblement accordé sa bénédiction à notre œuvre cette année et que nous ayons pu continuer à remplir notre mission.

Nous sommes également reconnaissants envers tant de bienfaiteurs, amis et partenaires dans le monde entier qui nous permettent de soulager la détresse des chrétiens persécutés et nécessiteux et d’attirer l’attention sur les victimes de la persécution religieuse.

Nous sommes extrêmement reconnaissants envers notre Saint-Père, le pape François. Avec sa visite en Irak au printemps dernier, il a apporté consolation et espoir à la minorité chrétienne de ce pays. Depuis des années, les chrétiens irakiens peinent sur un chemin de croix douloureux, qui n’est toujours pas fini. Par sa visite, le Saint-Père a attiré l’attention de l’opinion publique mondiale sur la situation des chrétiens en Irak et dans tout le Proche-Orient. Ces chrétiens font partie intégrante de leurs pays d’origine, mais sont souvent traités comme des citoyens de seconde zone. Par ailleurs, en Irak, en Syrie ou au Liban, ils souffrent des conséquences de la guerre et de la misère économique. L’exode des chrétiens se poursuit sans cesse. ACN travaille avec des bienfaiteurs et des partenaires sur différents projets afin d’ouvrir des perspectives d’avenir aux chrétiens du Proche-Orient dans leur pays respectif, de leur permettre de vivre dignement et, surtout, d’atténuer leur détresse.

Début décembre, la consécration de la cathédrale « Notre-Dame d’Arabie » au Bahreïn, dont ACN a soutenu la construction, a constitué une lueur d’espoir pour la coexistence entre les chrétiens et les musulmans du monde arabe et a eu des répercussions mondiales.

Engagement commun en faveur de la liberté religieuse

L’immense écho recueilli par notre « Rapport sur la liberté religieuse dans le monde 2021 », présenté en avril avec la collaboration de journalistes et d’experts internationaux, est particulièrement gratifiant pour l’accomplissement de notre mission. Le rapport ne se contente pas d’exposer les persécutions religieuses qui sévissent dans de nombreux pays du monde. Il constitue aussi un signal d’alarme et la preuve que nous devons tous –Églises et communautés religieuses, ONG, politiciens et acteurs publics – défendre ensemble le droit humain à la liberté religieuse qui est directement ancré dans la dignité de chaque être humain. La liberté de confession religieuse est le baromètre de notre humanité.

L’initiative « Mercredi rouge / Semaine rouge » est devenue un signe mondialement visible de la persécution des chrétiens. De plus en plus d’églises et d’institutions du monde entier, se comptant désormais par dizaines de milliers, suivent fin novembre cette initiative lancée en 2015 par ACN. Des lieux de culte et d’autres bâtiments importants sont illuminés d’un rouge flamboyant et des prières et des messes sont dites pour les chrétiens persécutés. Au nom de nos frères et sœurs victimes de discrimination ou de persécution, je remercie tous les participants pour leur solidarité et leurs prières.

Augmentation des meurtres et des enlèvements de prêtres et de laïcs

Malheureusement, des nouvelles de persécution et de violence religieuses nous parviennent presque chaque semaine. Des prêtres, des religieux et des laïcs sont assassinés, enlevés ou maltraités dans l’exercice de leurs fonctions. La situation actuelle en Inde ou au Nigéria, en particulier, nous inquiète énormément et nous alarme.

La situation reste dramatique dans les pays africains du Sahel ou au Mozambique, où la terreur se propage. La violence n’épargne personne, mais elle touche en particulier les chrétiens. Il est très regrettable qu’en de nombreux lieux, la terreur et la violence empêchent l’Église d’accomplir son travail pastoral et social. Non seulement des églises et des monastères, mais aussi des cliniques, des écoles et beaucoup d’autres établissements gérés par l’Église et d’une importance vitale pour la population locale, sont fermés. Par ailleurs, l’Église locale doit affronter un nouveau défi herculéen : prendre soin de centaines de milliers de réfugiés et de personnes déplacées.

« Persécutions polies » dans les pays occidentaux

Également dans les pays occidentaux, ACN enregistre de plus en plus d’actes de violence commis contre des institutions religieuses, ainsi qu’une évolution que Sa Sainteté le pape François qualifie de « persécution polie » : sous le prétexte d’une prétendue « tolérance », l’expression de convictions religieuses doit être évincée de la vie publique. Cela se reflète dans l’exemple le plus récent, un document interne de la Commission européenne sur le langage inclusif, conseillant d’éviter des termes et des noms chrétiens, invitant par exemple à remplacer l’expression « joyeux Noël » par « joyeuses fêtes ». Entre-temps, le document a été retiré, ce que nous approuvons, car le souci légitime d’inclusivité aurait alors entraîné l’exclusion de la plus grande communauté religieuse de l’Union européenne, puisque près de deux tiers des citoyens de l’UE sont chrétiens.

En cette fin d’année, nos pensées vont en particulier aux victimes de la pandémie de la Covid-19 : beaucoup de religieuses, d’évêques, de prêtres et de catéchistes sont morts de la maladie dans l’exercice de leur ministère. Malgré le danger que cela présentait pour leur propre santé, ils ont sacrifié leur vie, afin d’être proches des personnes qui leur étaient confiées. C’est un immense témoignage de dévouement.

L’année 2021 a été marquée par la gratitude et l’inquiétude. Nous nous préparons maintenant à faire face aux nouveaux défis de 2022, armés de notre foi et de notre confiance en Dieu. Nous comprenons la confiance comme une vertu qui ne renie pas ces peurs et ces inquiétudes, mais qui cherche constamment à trouver de nouveaux espaces d’action pour servir notre mission ».

Our Task Areas
Our Regional Activities
Press contact

Latest News

Le P. Youssef Nasr, parle des défis auxquels sont confrontées les écoles catholiques au Liban en raison de la grave crise économique...
Les prêtres catholiques arrêtés par la milice russe ont assuré des soins pastoraux et sont restés dans les territoires occupés par la Russie...
"Somos una Iglesia muy pequeñita, pero pequeñita no significa muerta o insignificante"...