Syrie : « La situation est insupportable »

Un évêque d’Alep exige la levée des sanctions internationales et lance un appel à ne pas oublier le pays un an après le tremblement de terre

L'évêque Magar Ashkarian d'Alep
L’évêque Magar Ashkarian d’Alep

Mgr Magar Ashkarian, évêque arménien orthodoxe d’Alep, en Syrie, exige la levée des sanctions contre la Syrie : « La plupart des gens quittent le pays à cause des sanctions internationales, et cela nous met face à de grands défis, en particulier les minorités comme les chrétiens ». Actuellement, il n’y a pas suffisamment d’électricité et de gaz, beaucoup de gens sont au chômage.

« L’avenir est sombre, nous ne savons pas quoi faire », a déclaré l’évêque dans un entretien avec la fondation pontificale Aid to the Church in Need (ACN). Sa communauté arménienne orthodoxe tente actuellement de procurer aux jeunes couples des logements abordables et aussi de les aider financièrement afin de les inciter à ne pas quitter le pays.

L’évêque dirige la communauté arménienne orthodoxe d’Alep depuis 2022. Auparavant, il a notamment travaillé au Liban et en Iran. Il a lancé un appel à la communauté internationale : « Faites de votre mieux pour contribuer moralement et financièrement à renforcer la présence des chrétiens au Proche-Orient et en particulier en Syrie. » Selon lui, la situation y est « insupportable ». Le terrible séisme du 6 février 2023, qui a non seulement ébranlé la Turquie, mais aussi certaines régions de la Syrie, a encore aggravé la situation humanitaire.

« Nous ne parlons pas d’œcuménisme, nous vivons l’œcuménisme »

Mgr Ashkarian voit se profiler des problèmes supplémentaires dans la région en raison de l’émigration continue des chrétiens : « Pour protéger les valeurs chrétiennes, les chrétiens doivent rester au Proche-Orient. En effet, ces valeurs sont plus appréciées ici », a déclaré l’évêque et a ajouté : « Dans le monde occidental marqué par la sécularisation et la mondialisation, le courant emporte tout sur son passage. »

Destructions à Lattaquié et à Jable après le tremblement de terre
Destructions à Lattaquié et à Jable après le tremblement de terre

Il exprime sa gratitude aux organisations telles que Aid to the Church in Need, qui profitent « de portes et de fenêtres ouvertes » pour aider les gens en Syrie. La guerre civile qui s’est déclenchée en 2011 et la crise persistante ont rapproché les confessions chrétiennes qui auparavant, gardaient souvent leurs distances : «  Nous vivons ensemble dans une relation très étroite et nous tentons d’apporter notre aide sans aucune discrimination. »

L’évêque a souligné qu’il y a onze confessions chrétiennes rien qu’à Alep, dont les représentants se rencontrent pour coordonner l’aide : « La guerre, et surtout le tremblement de terre, nous ont rapprochés. Des organisations comme ACN ont joué un rôle important dans ce contexte. » Il a ajouté : « À Alep, nous ne parlons pas d’œcuménisme, mais nous vivons l’œcuménisme ».

L’espoir d’aide

Mgr Ashkarian a également exprimé son espoir quant à la coexistence des chrétiens et des musulmans qui, en Syrie, « ont vécu côte à côte pendant des siècles » : «  Tout le monde a les mêmes droits. Nous vivons en toute fraternité dans ce pays. » Selon lui, pour préserver cette situation, l’aide en faveur de toute la population en Syrie est importante : « Vous qui lisez ceci, qui que vous soyez à l’échelle gouvernementale, institutionnelle ou personnelle : nous vous implorons de faire de votre mieux afin que nous puissions sortir de cette situation. »

Our Task Areas
Our Regional Activities
Press contact

Latest News

Mgr Samson Shukardin, président de la Conférence épiscopale du Pakistan, s’est félicité de la décision de la Cour suprême de...
ACN fournit une aide d'urgence pour l'assistance médicale et humanitaire aux familles touchées. Les chrétiens résidant en Cisjordanie et...
Dix ans après le début de la guerre en Ukraine, la fondation ACN consacrera sa campagne de Carême 2024 à soutenir...