Vasilisa (5 ans) et Ulyana (9 ans) : « Mes parents sont restés dans le Donbas pour aider ; nous, nous sommes en sécurité »

Dès le début de la guerre, l’archidiocèse d’Ivano-Frankivsk, dans l’ouest de l’Ukraine, accueille des femmes et des enfants en fuite. La fondation internationale Aid to the Church in Need (ACN) soutient l’archevêché dans ce travail. Certaines de ces personnes qui ont dû tout laisser derrière elles ont partagé leur témoignage avec ACN.

Vasilisa et Ulyana se son réveillent un matin en voyant les yeux effrayés de leur mère : la guerre dans leur pays a pris une nouvelle dimension. À cinq et neuf ans, les filles savent déjà où et comment se cacher lorsqu’il y a des bombardements et quel bruit font les missiles. Dans leur ville, Avdivka, située dans la région contestée de Donetsk, dans l’est du pays, les combats sont fréquents depuis 2014. Mais en raison de la nouvelle offensive des troupes russes, y rester est devenu trop dangereux. Les parents ont donc décidé d’envoyer leurs filles et leur grand-mère, Tetyana, à Ivano-Frankivsk, une ville de l’ouest du pays.

« Nous ne savions pas exactement où nous allions atterrir, mais nous nous en sortons très bien ici », déclare Tetyana. Toutes les trois ont trouvé refuge au collège St Basil, l’un des abris gérés par l’archidiocèse grec catholique où sont hébergées les personnes déplacées à l’intérieur du pays (PDI). Au St Basil’s College, les salles de classe ont été transformées en dortoirs pour 100 personnes. Ils y vivent depuis plusieurs jours et l’une des choses dont ils sont le plus reconnaissants est de ne pas avoir peur de s’endormir. Les parents manquent beaucoup à leurs filles, mais lorsqu’on les interroge à ce sujet, elles disent qu’il est légitime qu’ils soient tous deux restés à Donbas pour aider leur pays.

Grand-mère Tetiana avec ses petites-filles Vasilisa et Ulyana.
Grand-mère Tetiana avec ses petites-filles Vasilisa et Ulyana.

« Mes parents sont restés à Avdivka, mais ils n’ont plus à s’inquiéter pour nous, car l’école ici est calme et nous allons bien. Trois repas par jour nous sont servis et nous allons à des cours de musique et d’art où nous chantons et dessinons. Hier, nous avons joué dans la cour de l’école et avons dû chercher « Olaf », le bonhomme de neige du film d’animation Frozen. C’était amusant », disent Vasilisa et Ulyana.

Tetyana écoute attentivement ses petites-filles et ajoute que son plus grand rêve est que la guerre se termine et que ses petites-filles rentrent chez elles. « Nous avons envie de retourner à Avdivka, chez nous, là où se trouvent notre famille et nos amis. Car où pouvons-nous aller si ce n’est chez nous ? », dit la grand-mère avec un souffle d’espoir dans les yeux.

ACN soutient des projets dans l’archidiocèse d’Ivano-Frankivsk depuis de nombreuses années. En raison de la guerre, ACN a rapidement envoyé une aide d’urgence de 30 000 euros à la fin du mois de février. Une nouvelle aide d’urgence destinée à aider les personnes déplacées à l’intérieur du pays ainsi qu’à l’entretien de dix maisons paroissiales où elles sont logées doit être approuvée prochainement.

Our Task Areas
Our Regional Activities
Press contact

Latest News

"Somos una Iglesia muy pequeñita, pero pequeñita no significa muerta o insignificante"...
À l’occasion de la Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes, ACN attire l’attention sur la souffrance des femmes chrétiennes....
Le père Ha-Jo consistait à promouvoir le dialogue entre chrétiens et musulmans...