Mozambique : La croix en morceaux

Le crucifix devant lequel prient les chrétiens déplacés par la violence

 Il est difficile d’oublier l’attaque de la mission catholique de Nangololo, dans le district de Muidumbe.  Il s’agit sûrement de l’une des attaques les plus violentes dans le diocèse de Pemba, à Cabo Delgado, depuis que les djihadistes ont imposé leur règne de la terreur en octobre 2017 dans la région nord du Mozambique. La mission a été détruite, pratiquement rien n’a été sauvé. De nombreuses maisons de chrétiens, l’église, la résidence des prêtres, la résidence des sœurs et les locaux de la radio communautaire de Nangololo, la deuxième plus ancienne mission catholique du diocèse de Pemba, ont été brûlés. Pendant les attaques, une cinquantaine de jeunes hommes ont également été massacrés sur un terrain de football à Muatide. Les exécutions, par les terroristes, auraient eu lieu entre le 6 et le 8 novembre 2020. Les récits des survivants racontent « l’agonie » de plus de 50 personnes décapitées. Selon les sources d’Aid to the Church in Need (ACN), pratiquement tous ceux qui vivaient dans la région de Muidumbe ont dû reconstruire leur vie ailleurs, soit dans des camps de réinstallation, soit dans des villages accueillis par des parents ou amis.

Lieux de prière

Le père Edegard Silva, un missionnaire de Notre-Dame de La Salette brésilien, a également dû quitter Muidumbe. Il n’oubliera jamais la tragédie de ces jours de novembre. Le prêtre se trouve maintenant à Mieze, à l’ouest du diocèse de Pemba, dans la paroisse de Notre-Dame du Mont Carmel, où il a créé des lieux de prière très particuliers : l’un pour prier le chemin de croix et l’autre pour prier le rosaire missionnaire. Ce sont deux espaces ouverts, sans portes, où chacun est invité à joindre sa voix à celle des chrétiens du monde entier. Chaque fois qu’ils prient le chemin de croix, les chrétiens de Mieze se souviennent de l’horreur de la guerre, de la violence et de la mort à Cabo Delgado.

Se souvenir de la violence extrême

Avec le bois de l’une des maisons brûlées lors de l’attaque d’il y a un an dans le quartier de Muidumbe, les chrétiens ont fait une croix qui représente la souffrance de cette communauté : « La croix a été faite à partir du bois brûlé de la maison d’un chrétien et le Christ est brisé en morceaux parce que nous voulons nous rappeler la situation de tant de personnes, tant d’hommes, de femmes et d’enfants qui ont été démembrés », explique le Père Edegard Silva à ACN. « C’est pourquoi – ajoute le missionnaire brésilien – le corps, les jambes, les bras et la tête du Christ sont séparés, car ils expriment la réalité de tant de personnes ici, dans cette guerre à Cabo Delgado ».

Les souffrances du peuple

La croix, faite de bois brûlé avec le Christ en morceaux, est l’élément central du chemin de croix, qui se déroule dans un petit espace construit avec des piquets de bois tressés et recouvert de paille, comme toutes les maisons des villages de cette région. À l’entrée, un petit panneau indique qu’il s’agit du « visage de Jésus à Cabo Delgado ». Juste à côté, il y a un champ ouvert avec un chapelet géant dessiné sur le sol sablonneux, l’objectif étant de rappeler « la dimension mariale de l’Église et la solidarité dans tant de régions du monde », explique le père Edegard. Les gens prient beaucoup à Cabo Delgado. La prière d’un peuple opprimé par la violence exprime aussi la vitalité d’une Église qui, bien que matériellement pauvre, est très riche en vocations, en fraternité, et pour tout cela est un exemple pour le monde.

Le pouvoir de la prière

C’est une belle réalité, explique le missionnaire de Notre-Dame de La Salette, que dans toutes les messes il y ait toujours une prière pour la paix au Mozambique et dans le monde. Nous ne demandons pas la paix uniquement pour Cabo Delgado, car cette réalité de la guerre n’existe pas seulement ici. Le rosaire est ouvert sur le monde, c’est le rosaire missionnaire et lorsque nous le prions, nous prions pour la paix sur tous les continents, pour plus de solidarité, et aussi pour nous-mêmes. Lorsque nous confions nos souffrances à la prière, nous ne voulons pas seulement prier pour la souffrance de Cabo Delgado, mais aussi pour les souffrances du monde, les croix du monde.

À Cabo Delgado, il y a un nombre très élevé de victimes de la violence, du terrorisme et de l’intolérance religieuse. Depuis le début du conflit, on dénombre plus de trois mille morts et plus de 850 000 personnes déplacées.

Our Task Areas
Our Regional Activities
Press contact

Latest News

"Somos una Iglesia muy pequeñita, pero pequeñita no significa muerta o insignificante"...
À l’occasion de la Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes, ACN attire l’attention sur la souffrance des femmes chrétiennes....
Le père Ha-Jo consistait à promouvoir le dialogue entre chrétiens et musulmans...