Boko Haram lui a fait « l’impensable », mais Janada a refusé d’être vaincue

Victime de Boko Haram: L’organisation terroriste a tué son père et a essayé de briser son âme, mais avec l’aide du centre de traumatologie construit par ACN à Maiduguri, elle s’est rétablieet a même trouvé la force de pardonner à ceux qui lui ont infligé tant de douleur.

Janada Marcus (22 ans) et sa famille avaient déjà échappé à deux attaques de Boko Haram : une fois en abandonnant leur maison du côté de Baga, dans la région du lac Tchad au Nigeria, et une deuxième fois en fuyant leur nouvelle maison à Askira Uba, dans le sud de l’État de Borno, où leur maison a été incendiée et un certain nombre de parents,tués par les islamistes. Finalement, ils se sont rendus à Maiduguri, mais le pire était encore à venir.

S’adressant à Aid to the Church in Need (ACN), Janada Marcus a décrit comment Boko Haram a presque détruit sa vie.

Après avoir fui Boko Haram à deux reprises, votre famille s’est installée à Maiduguri. Que s’est-il passé ensuite ?

Mon père avait obtenu un lopin de terre très proche de Maiduguri qu’il voulait cultiver pour faire vivre la famille. Nous étions heureux que tous les cauchemars que nous avions vécus auparavant aient pris fin. Puis est arrivé le 20 octobre 2018, le jour qui a enlevé le soleil de nos vies. Nous étions à la ferme, heureux de travailler, chantant des hymnes catholiques pour nous remonter le moral, quand soudain nous avons été encerclés par Boko Haram.

Quand je les ai vus, beaucoup de pensées ont traversé mon esprit : dois-je m’enfuir ? Si je le fais, que va-t-il arriver à mes parents ? Et s’ils nous attrapent avant même que nous commencions à courir ? Dois-je crier à l’aide ? Quelqu’un viendra-t-il à notre secours ? J’ai décidé de rester calme et de laisser Dieu accomplir un miracle. Mais ils nous ont fait l’impensable.

victime de Boko Haram
Janada Marcus

Qu’ont-ils fait exactement ?

Ils ont pointé une machette sur mon père et lui ont dit qu’ils nous libéreraient s’il avait des relations sexuelles avec moi. Je n’ai pas pu retenir mes larmes ! Je tremblais, mais je ne pouvais rien faire ! Ma mère ne pouvait pas prononcer un mot à cause de l’état de choc dans lequel elle se trouvait. Avec une machette pointée sur son front, mon père a regardé ma mère et moi, mais j’ai évité le contact visuel parce que j’avais honte de le regarder en face, pleine de honte de ce que les hommes de Boko Haram avaient suggéré – c’était une abomination !

Mon père a baissé la tête pour se soumettre, prêt à être tué, et a répondu : « Je ne peux pas coucher avec ma propre chair et mon propre sang, avec ma propre fille ;je préfère mourir plutôt que de commettre cette abomination. »

Qu’ont fait les terroristes ?

En entendant cela, l’un des hommes a sorti une machette et a coupé la tête de mon père, juste devant nous. La douleur que j’ai ressentie à ce moment-là était insupportable. Le sang de mon père avait éclaboussé le sol. Pouvez-vous imaginer la torture, la douleur qui m’ont traversé à ce moment-là ? J’ai supplié Dieu de prendre ma vie ; En fait, j’étais déjà un cadavre vivant, mais il a fait la sourde oreille ! J’ai alors rassemblé un courage extraordinaire, je me suis précipitée et j’ai pris mon bandeau pour attacher la tête de mon père afin d’empêcher le sang de jaillir.

Vous avez survécu à cette attaque. Mais ce n’était pas la fin de la terreur que vous avez connue aux mains de Boko Haram…

Le 9 novembre 2020, je me rendais dans un bureau du gouvernement lorsque j’ai de nouveau été surprise parBoko Haram. Cette fois, ils m’ont capturé. Ils m’ont emmené dans la brousse et m’ont violemment torturé, émotionnellement, physiquement et mentalement pendant six jours. J’ai subi tant d’expériences terribles et abjectes – quelque chose d’indescriptible – –que ces six jours m’ont semblé être six années. Le 15 novembre 2020, on m’a libérée. Je suis revenue et j’ai passé quelques jours avec ma mère ; puis elle m’a emmenée au centre de traumatologie géré par le diocèse de Maiduguri.

victime de Boko Haram au Nigeria
Une session de formation pour les conseillers laïcs à Maiduguri

Comment était-ce au Centre de traumatologie ?

Après plusieurs consultations, on m’a emmenée à l’hôpital pour un examen et un traitement des maladies que j’avais pu contracter. J’ai ensuite suivi six mois de thérapie, de prières et de conseil. Je suis maintenant rétablie. Au début, il m’était presque impossible de me défaire de mon passé. Cependant, après ces mois au centre de traumatologie, j’ai réussi à le laisser derrière moi.

Après mon processus de guérison, je me suis inscrite à l’université. Je suis très heureuse et je vais tout donner pour terminer mes études et devenir quelqu’un d’important pour la société.

Quelles compétences pratiques, émotionnelles et spirituelles avez-vous apprises ?

J’ai acquis de nouvelles compétences qui me rendent très fière de moi. J’ai appris à tricoter de beaux bonnets pour bébé, des chaussettes, des pantalons et des cardigans qui m’aideront à gagner de l’argent. Émotionnellement, j’ai appris à lâcher mon passé; j’ai appris l’art de guérir en laissant aller ma douleur. Ma foi s’est renforcée.

Votre souffrance vous a-t-elle rapproché de Dieu ?

Au début, mon expérience m’a éloigné de Dieu. C’était difficile de Lui faire confiance et de revenir à Lui. Paradoxalement, mon expérience amère m’a finalement rapproché de Dieu, mais à un certain moment, j’ai eu envie de tout abandonner. J’avais l’impression qu’être chrétien n’était qu’une perte de temps. Où était Dieu quand on a massacré mon père ? Où était Dieu quand je subissais la torture, l’agonie, les difficultés ? Où était Dieu quand je me couchais l’estomac vide ? Après mon processus de guérison, j’ai obtenu des réponses à toutes mes questions. J’ai appris que Dieu est toujours Dieu. Malgré tout ce que j’ai subi, je continuerai à lui faire confiance et à le servir pour le reste de ma vie.

Pouvez-vous pardonner à ceux qui vous ont fait du mal ?

Il est difficile de pardonner et d’oublier, et avec tout ce que j’ai vécu aux mains des Boko Haram, je ne peux même pas croire que c’est moi qui dis cela, mais je leur ai pardonné dans mon cœur et je prie pour la rédemption de leurs âmes.

Our Task Areas
Our Regional Activities
Press contact

Latest News

Après de nouveaux massacres au Nord-Kivu, Mgr Sikuli Paluku, évêque de Butembo-Beni, dans un message envoyé à ACN,...
ACN a présenté son rapport financier 2023, qui reflète à nouveau la générosité de ses bienfaiteurs à travers...
ACN et l’Église locale du Sud-Liban appellent à la prière pour que la paix revienne dans la région....