Inde: Un oui joyeux à l’Amour de Dieu

Ceux qui croient vivent une histoire d’amour. En effet, la foi est « la merveilleuse manière de réaliser l’amour dans sa vie par la vocation à l’imitation du Christ » (Saint Jean-Paul II).

C’est particulièrement vrai en ce qui concerne les prêtres qui se dévouent avec amour au quotidien, tout au long de leur vie, comme le décrit saint Thomas d’Aquin, docteur de l’Église, en ces termes, les derniers qu’on connaisse de lui : « Par amour pourtoi, j’ai étudié, veillé et peiné, je t’ai prêché, je t’ai enseigné. Je n’ai jamais rien dit contre toi, mais si j’ai dit quelque chose par ignorance…, je laisse tout à la correction de la sainte Église romaine. » Les séminaristes se préparent à une telle vie par amour de Dieu et dans l’obéissance à l’Église. Ils le sentaient déjà dans leur cœur lorsqu’ils ont dit oui à l’appel de Dieu, et ils savent que plus tard, en tant que prêtres, ils « poursuivront l’œuvre de rédemption sur la terre », comme disait le Saint curé d’Ars. C’est le cœur de leur vocation, la graine que l’on fait germer et pousser au séminaire. Car « en définitive, nous n’avons pas à former des gestionnaires, mais des frères et des pères qui accompagnent les gens dans leur voyage à travers la vie » (Pape François).

Jardiner, c’est soigner la Création de Dieu.
Jardiner, c’est soigner la Création de Dieu.

Au séminairedes carmesdeCalcutta, au Bengale occidental (Inde), 18 jeunes hommes se préparent à cette vie. Ils viennent de toute l’Inde au séminaire de l’ordre, consacré à la patronne des missions, sainte Thérèse de Lisieux. Ils y découvrent l’unité spirituelle des frères, quelle que soit la région indienne d’où ils viennent. Ils y puisent leur force de vivre. Leur vie quotidienne est également remplie par l’étude, le jardinage et la prière. Tout cela forme à l’accompagnement des fidèles dans leur vie, car par la suite, comme l’a décrit saint Augustin à propos de sa vie quotidienne, il faudra « corriger les agités, réconforter les timides, soutenir les faibles, réfuterles opposants, se garder des comploteurs, instruire les ignorants, stimulerles négligents, freiner les querelleurs, reprendre les orgueilleux,releverles découragés, apaiser les plaideurs, aider les indigents, libérer les opprimés, encourager les bons, tolérer les mauvais, aimer tout le monde ». Même une vie d’amour a un coût. Le séminaire peut assumer près de 80 % de ses dépenses annuelles. Il demande les 5400 euros manquants pour s’en sortir. L’Amour de Dieu mérite bien un oui joyeux de votre part.

Our Task Areas
Our Regional Activities
Press contact

Latest News

Après de nouveaux massacres au Nord-Kivu, Mgr Sikuli Paluku, évêque de Butembo-Beni, dans un message envoyé à ACN,...
ACN a présenté son rapport financier 2023, qui reflète à nouveau la générosité de ses bienfaiteurs à travers...
ACN et l’Église locale du Sud-Liban appellent à la prière pour que la paix revienne dans la région....