GAZA : « C’est une Pâques très spéciale, nous sommes plus proches que jamais du Sauveur crucifié ».

La communauté chrétienne de Gaza traverse la pire période depuis le début de la guerre

Les lignes téléphoniques sont coupées. Les connexions en ligne sont sans arrêt interrompues, on comprend à peine ce que Sœur Nabila essaie de dire : « suffisamment », « bien », « église » … puis la ligne se coupe, c’est ainsi que les choses se passent depuis quelques semaines. Il n’y a que quelques messages écrits qui nous parviennent de temps en temps : « Nous allons bien ». Mais quand on demande plus de détails, on se rend compte que « bien » veut dire « nous sommes en vie », car la situation est dramatique : « Nous n’avons pas assez, nous manquons de tout ». Cependant, l’espérance et la gratitude sont toujours entre les lignes : « Le peu que nous avons est dû à la grâce de Dieu. Les gens dehors souffrent encore plus que nous, parce qu’ils n’ont pas ce réconfort en ce moment ».

Gaza, destruction après un bombardement
Gaza, destruction après un bombardement

La communauté chrétienne de Gaza traverse la pire période depuis le début de la guerre. Un autre partenaire de projet de la fondation Aid to the Church in Need (ACN), dont la ligne téléphonique est stable, mais que la fondation préfère laisser dans l’anonymat par crainte de représailles, déclare : « Notre peuple souffre constamment. Chaque fois que les deux parties parlent de trêve, l’intensité des opérations militaires augmente ». Au cours des deux dernières semaines, le quartier d’Al Zeyton, où se trouve la paroisse de la Sainte Famille, a subi d’intenses affrontements militaires et des bombardements. Selon les informations dont dispose ACN, l’enceinte paroissiale accueille actuellement 128 familles, soit un total de 512 chrétiens, tant catholiques qu’orthodoxes, parmi lesquels se trouvent 120 enfants de moins de 18 ans, dont 60 handicapés, et 84 personnes de plus de 65 ans.

L’approvisionnement en nourriture est très, très limité, et « le problème n’a rien à voir avec la disponibilité de l’argent », explique la même source, « c’est simplement que la nourriture est rare, et qu’il est difficile de trouver où l’acheter. La communauté chrétienne saisit toutes les occasions possibles pour obtenir de l’eau potable et de la nourriture », confirme-t-elle.

Communion à la paroisse de la Sainte Famille à Gaza.
Communion à la paroisse de la Sainte Famille à Gaza.

Avec l’aide de ACN, entre autres organisations, le Patriarcat latin est en mesure de fournir à chaque personne deux repas par semaine et une miche de pain tous les deux jours. Mais les autres jours, la communauté doit survivre en gérant ses réserves ou en essayant de trouver de la nourriture par d’autres moyens. « Les gens marchent pendant de longues heures pour aller chercher une simple petite boîte de nourriture, ce qui n’est finalement même pas suffisant pour trois personnes. Avec ce régime forcé, le fait de partager fait partie de la vie quotidienne et de leur nouvelle identité chrétienne », raconte-t-elle à ACN.

L’eau potable est l’un des défis majeurs du moment. « Nous avons de l’eau sale pour les toilettes et les unités sanitaires, et l’eau destinée à la consommation est purifiée au moyen de méthodes traditionnelles ». La situation sanitaire constitue un autre problème grave. En raison des pénuries, de nombreuses personnes ont perdu du poids. « Les enfants souffrent d’un virus qui provoque des nausées et des diarrhées, et quatre des personnes âgées sont atteintes de maladies graves qui nécessiteraient une hospitalisation immédiate, ce qui est impossible à l’heure actuelle ».

Célébration de la messe à la paroisse de la Sainte Famille à Gaza.
Célébration de la messe à la paroisse de la Sainte Famille à Gaza.

Cependant, ce qui encourage la petite communauté, c’est la foi, explique le partenaire de projet. Outre la célébration de la messe quotidienne, les cours de catéchèse et la récitation du chapelet, la paroisse organise des activités pour les enfants et des rencontres de guérison des traumatismes par la prière. Le personnel du Centre catholique Saint Thomas d’Aquin, qui s’est installé dans l’enceinte de la paroisse après le bombardement de son bâtiment, est également impliqué dans ces activités.

Le prêtre et les religieuses, comme Sœur Nabila, qui s’occupent de ces personnes font un travail héroïque. « Ils sont tous épuisés, personne ne peut vraiment se rendre compte de ce qu’ils vivent. Avec la grâce de Dieu, nos enfants sont maintenant encore plus proches de leur foi que jamais auparavant. C’est une Pâques très spéciale, nous sommes plus proches que jamais du Sauveur crucifié », conclut-il.

Bien que la communication avec Sœur Nabila soit très difficile, il y a une requête qu’elle ne manque jamais de demander à ACN de transmettre à tous : « Priez pour nous, priez pour toute la population, priez afin que cette guerre se termine ».

 

Par Maria Lozano.

Our Task Areas
Our Regional Activities
Press contact

Latest News

Six évêques de l’Est de la République Démocratique du Congo (RDC) ont « fait le tour d’horizon de la situation socio-pastorale »...
Un évêque de Guinée équatoriale s’interroge sur les causes et les conséquences des migrations qui ont lieu sur le continent...
En décembre dernier, Maxime François-Marsal, responsable des projets de ACN dans les pays francophones d’Afrique centrale, a effectué un voyage...