Neuf ans aux mains de Boko Haram: « Les mots ne peuvent exprimer ce que j’ai vécu »

Il y a deux mois, Maryamu Joseph (16 ans) s’est échappée de Boko Haram après avoir été détenue pendant neuf ans. Avec 21 autres personnes, elle a été enlevée en 2014 à l’âge de sept ans lorsque le groupe terroriste a attaqué sa communauté de Bazzar et l’a emmenée dans un camp. Deux de ses frères et sœurs ont ensuite été emmenés dans le même camp. L’un a été tué, l’autre est toujours en captivité. Dans une interview menée par Patience Ibile, en haoussa, sa langue maternelle, Maryamu a parlé à Aid to the Church in Need de son épreuve et de l’aide apportée au centre de traumatologie construit avec le soutien financier d’ACN.

Comment décririez-vous ce que vous avez vécu ?

Neuf ans de vie en esclavage ! Neuf ans de torture ! Neuf ans d’agonie ! Nous avons tellement souffert aux mains de ces gens sans cœur et sans pitié. Pendant neuf ans, nous avons vu couler le sang innocent de mes frères chrétiens, tués par des gens qui n’accordent aucune valeur à la vie. Ils ont assassiné sans remords, comme si c’était une chose normale à faire. Ces neuf années gâchées dans la forêt de Sambisa ne peuvent être oubliées en un clin d’œil. Les mots ne peuvent exprimer ce que j’ai vécu.

Quand et comment avez-vous été capturée ?

Boko Haram a attaqué ma communauté en février 2013. Après une folie meurtrière qui a fait d’innombrables morts, ils ont emmené 22 d’entre nous dans une forêt dense. Nous avons marché pendant 22 jours avant d’arriver à notre destination. Ils ont mis les chrétiens dans des cages, comme des animaux. La première chose qu’ils ont faite a été de nous convertir de force à l’Islam. Ils ont changé mon nom en Aisha, un nom musulman, et nous ont avertis de ne pas prier en tant que chrétiens, sinon nous serions tués. Quand j’ai eu 10 ans, ils ont voulu me marier à l’un de leurs chefs, mais j’ai refusé. Pour me punir, ils m’ont enfermée dans une cage pendant une année entière. Ils apportaient de la nourriture une fois par jour et la glissaient sous la porte sans jamais ouvrir la cage.

En novembre 2019, ils ont capturé deux de mes frères et sœurs et les ont amenés au camp. Dieu seul sait ce que j’ai ressenti quand je les ai vus. J’étais remplie d’une colère intense, j’avais envie de prendre une machette et de les massacrer un par un. Sous mes yeux, ils ont pris mon frère et l’ont tué. Ils lui ont coupé la tête, puis les mains, les jambes et le ventre. Ils ont traité le corps de mon frère comme un poulet avant qu’il ne soit cuit. J’étais dévastée. Je me suis dit : « Qui sera le prochain ? ». Quelques jours plus tard, j’ai commencé à faire des cauchemars, à avoir des hallucinations. Je voyais des gens et entendais des voix que je ne connaissais même pas. Parfois, des personnes armées s’approchaient de moi, pour me faire du mal. Quand je criais, je sentais une main sur mon épaule, et un de mes camarades me disait : « Calme-toi ! Respire ! Tu vas t’en sortir. » C’est alors que je comprenais que ce n’était qu’un rêve.

boko haram nigeria
Maryamu Joseph (16 ans), qui a échappé à Boko Haram après avoir été détenu pendant neuf ans.

Vous avez été retenue en captivité pendant neuf ans. Comment avez-vous réussi à vous échapper ?

Le 8 juillet 2022, vers 1 heure du matin, le camp était calme, et tout le monde dormait, sauf mes compagnons de cabane et moi. Nous avons décidé à douze de nous enfuir. Au début, je ne savais pas si je devais rester à cause de ma petite sœur, qui était dans une autre hutte, mais je me suis dit que je risquais de passer le reste de ma vie dans ce camp, alors je devais partir, quoi qu’il arrive. Nous nous sommes faufilés hors du camp et avons couru à travers l’épaisse forêt. Nous avons continué aussi longtemps que nos jambes pouvaient nous porter, pendant deux jours, jusqu’à ce que nous arrivions enfin à Maiduguri le 10 juillet 2022. Lorsque nous sommes arrivés, je me suis évanouie, et lorsque je me suis réveillée, j’étais dans les bras d’un bon Samaritain. Il nous a donné de l’eau et de la nourriture pour récupérer nos forces et plus tard, je suis arrivée au camp géré par l’Église.

Comment s’est déroulée votre prise en charge au centre de traumatologie ?

La première chose qu’ils ont faite a été de prier pour moi et de m’encourager à revenir à ma foi. Je suis heureuse de revenir au christianisme. Depuis mon retour à Maiduguri, la douleur a diminué. J’espère qu’avec le temps, Dieu m’aidera à surmonter mon amertume et à retrouver la paix, mais je ne pense pas que cela se produira de sitôt. Je sens toujours cette douleur résonner dans mes oreilles. Je fais encore des cauchemars, mais pas aussi graves qu’avant. Grâce au centre de traumatologie, je ne souffre plus d’hallucinations.

Qu’avez-vous appris au centre de traumatologie ?

A mon arrivée à Maiduguri, avant de commencer mon travail de guérison, je ne supportais pas les hommes ! Je ne pouvais pas les regarder dans les yeux. Ils me dégoûtaient ! Maintenant, grâce à mon travail de guérison, j’ai appris à laisser tomber la haine.

Je crois que j’ai appris à m’adapter au monde extérieur et à parler aux gens. Je commence à avoir des relations très amicales avec mes conseillers, et non plus agressives, comme c’était le cas au début de ma prise en charge ici.

En termes de formation professionnelle, je veux apprendre à faire de belles robes, des chaussures et des sacs.

boko haram nigeria
La vue arrière montrant l’unité de restauration depuis le centre de traumatologie.

Votre souffrance vous a-t-elle rapproché de Dieu ?

Ce que j’ai vécu m’a éloigné de Dieu. Je trouve qu’il est si difficile de revenir à Dieu. J’ai du mal à Lui faire confiance. J’essaie de me dire qu’Il est toujours Dieu, mais je n’arrive pas à me convaincre. Je me suis sentie abandonnée par Dieu à cause de ce que j’ai vécu. On dit que Dieu est tout-puissant et qu’il est impartial, alors pourquoi ne m’a-t-il pas aidé quand j’en avais le plus besoin ?

Tout cela a-t-il mis votre foi à l’épreuve ?

Oui, mais elle s’améliore de jour en jour. Revenir au christianisme après neuf ans de pratique de l’islam demande beaucoup de travail. Au début, cela semble presque impossible. Mon esprit est encore lourd, plein de colère, d’amertume et d’angoisse. La douleur va et vient. Une minute, je suis heureuse, la minute suivante, le chagrin revient.

Pensez-vous pouvoir pardonner à ceux qui vous ont fait du mal, à vous et à vos proches?

Pardonner à ces êtres sans cœur ? Je ne pense pas être capable de leur pardonner. J’ai besoin de temps pour digérer tout ce qui m’est arrivé, alors peut-être, juste peut-être, nous pourrons alors parler de pardon. Mais aujourd’hui, non, je ne peux pas leur pardonner.

Quels sont vos espoirs pour l’avenir ?

Pour l’instant, je ne pense pas à cela. Je veux juste être à nouveau moi-même. Je veux être libérée de la douleur et de l’angoisse que je ressens. Mais bientôt, j’aimerais m’instruire, aller à l’école, apprendre à me faire des amis, à parler et à m’exprimer en anglais.

Je voudrais étudier le droit pour défendre les personnes sans-défense. Je fais appel à toute personne que le Seigneur a touchée pour m’aider. Ma vie ne me semble pas encore suffisamment sûre, j’ai besoin de quitter cet environnement et de repartir à zéro. Je serais la plus heureuse si je pouvais obtenir une bourse pour aller à l’école. Je ne fais que penser tout haut, mais je serais surexcitée si mon vœu était exaucé.

Le centre de traumatologie du diocèse de Maiduguri a été construit avec l’aide financière de Aid to the Church in Need. Destiné à aider les personnes qui ont subi diverses formes de violence de la part de Boko Haram, le centre sera officiellement inauguré en novembre, mais il a déjà aidé plus de 20 personnes à surmonter des cas graves de traumatisme et de stress post-traumatique, tout en offrant des conseils et une formation professionnelle aux victimes. Le centre emploie déjà une équipe de 24 personnes qui travaillent dans le domaine du conseil et de l’intégration sociale, mais il est prévu de recruter 20 personnes supplémentaires. Au maximum de sa capacité, le centre de traumatologie pourra prendre en charge 40 victimes à la fois.

Our Task Areas
Our Regional Activities
Press contact

Latest News

En réponse à la demande du Pape de prier pour la paix au Myanmar, ACN annonce une initiative de prière qui coïncide avec l'anniversaire du coup d'État...
Après l'attaque d'une église protestante dans le Congo, un missionnaire dénonce le silence de la communauté internationale...
La reconstruction du couvent des sœurs dominicaines de St Joseph, totalement détruit, à Batnaya, en Irak, est un signe de cette foi....