BURUNDI : « ACN m’a formée et accompagnée dans ma mission comme une mère »

Voici le témoignage de Sœur Joséphine Toyi du Burundi. Née dans un contexte de crise politique, elle a pu étudier grâce à ACN, devenant l’une des premières religieuses burundaises à obtenir un doctorat en théologie. Aujourd’hui, elle est la supérieure générale de plus de 400 religieuses de l’Institut des Sœurs Bene Tereziya. Selon Sœur Joséphine, la vie consacrée au Burundi ne serait pas ce qu’elle est sans le soutien de la fondation ACN, qui a formé des apôtres pour la nouvelle évangélisation du pays.

Je suis née à Mugera en décembre 1970, deux ans avant la crise politique qui a coûté la vie à plusieurs membres de ma famille. Cette parole de Jésus m´a toujours interpellée : „Comme je vous ai aimés, aimez-vous les uns les autres“ (Jn 15,12). Et sainte Thérèse de l´Enfant Jésus précise : „Dans le cœur de l´Église, ma Mère, je serai l´Amour“ et „plus je suis unie à Jésus, plus j´aime mes frères“. Cet amour va jusqu´au bout : „ Il n´y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ceux qu´on aime“, dit Jésus !

Sœur Joséphine Toyi dans son travail pastoral
Sœur Joséphine Toyi dans son travail pastoral

Voilà un appel auquel je réponds comme personne consacrée depuis août 1996, dans l´Institut des Bene-Tereziya du Burundi. Répondre „amour pour amour“ en me laissant „manger“ comme un petit pain offert à ceux que Jésus place sur mon passage ! Car tant que je vis, je me dois aux autres, pour les aimer, les conduire à Jésus. D´où ma soif d´étudier la théologie… mais c’était impossible au Burundi !

Aid to the Church in Need vint à ma rencontre

Sept mois après avoir émis les premiers vœux, le 14 mars 1997, une dérogation spéciale me fut accordée pour étudier la philosophie et puis la théologie aux grands séminaires de Bujumbura et Gitega. Le Dieu fidèle „ne peut inspirer des désirs irréalisables“. Mais il fallait avoir une bourse d´étude. Après une neuvaine à sainte Thérèse de l´Enfant Jésus, Aid to the Church in Need (ACN) répondit positivement à la demande jusqu´au baccalauréat en philosophie d´abord, puis en théologie au Burundi.

Se rendant compte que les évangélisateurs formés au Burundi manquaient, ACN accepta exceptionnellement de financer ma spécialisation en théologie spirituelle. C´est à l´Université pontificale Theresianum que j´ai pu obtenir une licence et un doctorat en théologie spirituelle, en plus de la formation en counseling et en bioéthique. À chaque tournant, ACN est venue au secours, devenant ainsi l´une des premières religieuses burundaises à obtenir un doctorat en théologie.

Sœurs de l'Institut des Sœurs Bene Tereziya au Burundi
Sœurs de l’Institut des Sœurs Bene Tereziya au Burundi

ACN m´a permis d´acquérir des outils pour l´apostolat. Comment aurais-je pu accomplir cette mission qui me fut confiée juste après mes études, de 2011 à 2019, de m´occuper de la formation initiale et continue dans l´Institut des Bene-Tereziya et de la formation des autres instituts religieux du Burundi ? Comment aurai-je pu animer une cinquantaine de sessions, une dizaine de retraites de forum pour consacrées, des récollections, si je n´y avais pas été préparée grâce au financement de ACN ? Ce que la vie consacrée est au Burundi actuellement, elle le doit aussi à Aid to the Church in Need qui a formé les Apôtres de la nouvelle évangélisation, que vous ne reconnaîtrez bien qu´au ciel ! Combien de vocations ont été suscitées, fortifiées, éclairées, grâce à vous, chers bienfaiteurs de ACN ? “Rien n´est perdu pour Dieu, votre récompense sera grande dans le ciel“ !

Dieu ne cesse de surprendre

Quand on est heureux dans sa vocation, on ne rêve que de rendre heureux les autres ! Dans ma joie de servir et de former, voici une surprise de l´Esprit Saint : m´occuper des brebis dont Jésus est lui- même le Bon Pasteur ! Depuis juillet 2019, je fus élue Supérieure générale des 430 religieuses.

Une joie partagée avec qui voit ses „enfants“ grandir pour faire grandir les autres ! Non seulement la fondation m´a formée, mais elle accompagne jusqu’à présent ma mission face aux nombreux défis. Sinon comment aurais-je pu servir Dieu et l´Institut si ACN ne m´avait pas formée et ne m´accompagnait pas patiemment comme une mère pour répondre aux souffrances du peuple de Dieu, aux malades dans les hôpitaux, aux jeunes non scolarisés, aux catéchumènes, aux angoissés pour qu´ils retrouvent la force, aux missionnaires au Tchad, Cameroun, Tanzanie…Voilà tout un champ ouvert et couvert par vos efforts, chers amis de Aid to the Church in Need.

Sœur Joséphine Toyi avec les enfants dans le cadre de la pastorale qu'elle assure.
Sœur Joséphine Toyi avec les enfants dans le cadre de la pastorale qu’elle assure.

Et maintenant, formées et fortifiées par ACN, voilà que nous avançons au large ! Nous sommes déterminées à crier l´amour et la réconciliation, comme de petites étincelles qui brillent dans la nuit du monde ! „L’Amour du Seigneur n´est pas épuisé, sa compassion chaque matin se renouvelle“. Merci de nous aider à tenir nos lampes allumées pour faire avancer, ensemble avec vous, le Royaume de Dieu.

Merci, cher bienfaiteurs soutenant Aid to the Church in Need, de permettre à Jésus d´accomplir le miracle de la résurrection du monde ! Votre récompense est notre prière quotidienne !

 

Par Maria Lozano.

Our Task Areas
Our Regional Activities
Press contact

Latest News

Après de nouveaux massacres au Nord-Kivu, Mgr Sikuli Paluku, évêque de Butembo-Beni, dans un message envoyé à ACN,...
ACN a présenté son rapport financier 2023, qui reflète à nouveau la générosité de ses bienfaiteurs à travers...
ACN et l’Église locale du Sud-Liban appellent à la prière pour que la paix revienne dans la région....