Brésil: Réparation d’un bateau pour la pastorale en Amazonie

Le diocèse de Xingu-Altamira s’étend sur un vaste territoire amazonien. Comptant plus de 247.000 kilomètres carrés, il est légèrement plus grand que la Grande-Bretagne. Cependant, avec à peine plus de 360.000 habitants, il est peu peuplé. Il est largement recouvert par la forêt tropicale.

Une partie de ses habitants proviennent d’autres régions du Brésil. Ils ont été chassés par de grands propriétaires terriens, des sociétés minières ou par la construction du barrage de Belo Monte. Des problèmes sociaux tels que l’éclatement des familles ou la consommation de drogue et d’alcool les affectent fréquemment. Bon nombre d’habitants locaux font également partie de tribus autochtones qui vivent dans la jungle.

Près de 70% de la population est catholique. Le diocèse est divisé en seulement dix paroisses. L’une d’entre elles est la paroisse Saint-François-Xavier, qui regroupe de nombreux villages. Quarante d’entre eux sont situés en bord de fleuve, dans la forêt tropicale, et ne sont accessibles que par voie d’eau. Là-bas, la pastorale est un défi particulièrement important. Les fidèles attendent les sacrements, une instruction religieuse, et de l’aide dans leurs problèmes concrets.

Brésil: Réparation d’un bateau pour la pastorale en Amazonie.
Brésil: Réparation d’un bateau pour la pastorale en Amazonie.

Dans certains villages, les prêtres ont la possibilité de venir tous les trois mois. D’autres ne peuvent recevoir leur visite que tous les deux ans. Parcourir les routes fluviales est long et difficile – et en plus, ce n’est pas sans danger. À l’occasion de leurs visites, les prêtres et les missionnaires laïcs doivent passer plusieurs jours en bateau. Les fidèles essaient certes de maintenir leur foi en vie par des célébrations de la parole, mais ils aspirent à recevoir les sacrements et à être régulièrement accueillis par un prêtre.

Le travail pastoral est impossible sans un bateau. Bien que la paroisse dispose d’un bateau, celui-ci a besoin d’être réparé, et actuellement il ne peut pas être utilisé. L’AED aimerait offrir 7.080 euros pour financer la réparation du bateau.

Our Task Areas
Our Regional Activities
Press contact

Latest News

Les chrétiens du Pakistan ont demandé aux autorités du Pendjab de traduire en justice les auteurs de l’attaque...
Le génocide rwandais de 1994 est connu dans le monde entier. Le fait qu'il ait eu pour conséquence...
L’archevêque de Panama a parlé à Aid to the Church in Need (ACN) de son expérience dans la...