Attaque djihadiste en Espagne : « Les institutions et l’opinion publique ne peuvent rester impassibles ».

ACN avait récemment collaboré avec la paroisse où le sacristain Diego Valencia a été assassiné.

En réponse à l’attaque contre deux églises catholiques hier, mercredi, à Algeciras, en Espagne, motivée par l’extrémisme religieux djihadiste, la fondation pontificale Aid to the Church in Need (ACN) exprime sa condamnation absolue des évènements et prie pour les victimes et leurs familles.

L’attaque s’est soldée par le meurtre à la machette du sacristain, Diego Valencia, un père de famille marié, connu dans la ville parce qu’il tenait un magasin de fleurs, et quatre autres personnes ont été blessées, dont un prêtre. ACN veut également montrer sa proximité avec les diocèses locaux de Cadix et de Ceuta.

Le djihadiste a d’abord visé la paroisse de San Isidro, où il a grièvement blessé le curé, le prêtre salésien Antonio Rodríguez Lucena, qui a été opéré d’urgence et est désormais hors de danger. Deux personnes qui ont tenté d’arrêter la première attaque ont également été blessées. Il s’est ensuite rendu à l’église de Nuestra Señora de la Palma, où il a tué le sacristain, Diego Valencia.

Des témoins des attaques ont affirmé, dans différents médias espagnols, que le Maghrébin de 25 ans s’est également attaqué à des images sacrées en criant « Allah est grand » et, s’adressant aux personnes présentes dans les églises, « Votre foi n’est pas authentique ». Avant les attaques, le djihadiste présumé avait croisé la route d’un autre citoyen marocain, qu’il avait frappé en criant « Tu travailles pour la majia », une expression marocaine pour exprimer que quelqu’un agit contre sa religion

Faisons-nous tout ce qui est en notre pouvoir pour endiguer la haine ?

Thomas Heine-Geldern, Président exécutif d’ACN, a souligné l’importance de protéger le droit à la liberté religieuse :  » Les institutions et l’opinion publique ne peuvent pas rester impassibles, ni sous-estimer des événements aussi tragiques. Nous devons nous demander si nous faisons tout ce qui est en notre pouvoir pour endiguer ce qui a alimenté cette haine, une aversion inspirée par une idéologie politico-religieuse qui a fait d’innombrables victimes dans de nombreuses régions du monde, en particulier et ces dernières années surtout, dans la région subsaharienne. En Europe aussi, de telles attaques sont de plus en plus fréquentes ».

Javier Menéndez Ros, directeur d’ACN en Espagne, a rappelé que l’attentat d’hier a eu lieu le jour de la fête de la conversion de saint Paul, persécuteur des chrétiens puis grand apôtre du christianisme au Ier siècle : « Saint Paul, sur le chemin de Damas, est tombé de cheval parce que le Seigneur lui a demandé : pourquoi me persécutes-tu ? Et cette question prend tout son sens pour nous aujourd’hui : pourquoi sommes-nous persécutés ?

L’icône profanée à Algeciras

Menedez Ros a également rappelé que ACN avait récemment collaboré avec les paroisses d’Algeciras, en apportant une icône profanée par les djihadistes en Syrie, sauvée d’une église de la ville de Homs. « Presque toutes les paroisses du diocèse ont accueilli cette icône en organisant des veillées de prière et des réunions de réflexion sur la persécution des chrétiens au Moyen-Orient. La paroisse de Nuestra Señora de la Palma, où le sacristain Diego Valencia a été tué, et la paroisse de María Auxiliadora, où le prêtre blessé dans l’église de San Isidro est curé, avaient également reçu l’icône de Syrie », a déclaré le directeur d’ACN en Espagne.

Une plus grande défense de la liberté religieuse

ACN a demandé à plusieurs reprises une plus grande défense et protection de la liberté religieuse dans le monde entier. Ce droit fondamental doit être garanti et protégé par toutes les autorités publiques. La liberté de religion n’est garantie que dans un pays sur trois dans le monde, selon le dernier rapport de la fondation sur la liberté religieuse dans le monde.

Le 9 janvier, lors de son allocution, le pape François a également rappelé aux membres du corps diplomatique accrédités auprès du Saint-Siège qu’un chrétien sur sept est persécuté » dans le monde aujourd’hui en raison de sa foi. Le pape François a souligné l’importance de défendre et de protéger la liberté religieuse. « Il est inquiétant que des personnes soient persécutées simplement parce qu’elles professent publiquement leur foi et que, dans de nombreux pays, la liberté religieuse soit limitée.

Our Task Areas
Our Regional Activities
Press contact

Latest News

Malgré la crise humanitaire dévastatrice, père Gabriel Romanelli, curé de la paroisse de la Sainte Famille à Gaza,...
On estime que la Chine - sans compter Hong Kong et Macao - compte entre 50 et 70 millions...
La fondation pontificale Aid to the Church in Need (ACN) exhorte ses bienfaiteurs et amis à participer à...