République Démocratique du Congo: un bâtiment d’exploitation pour les sœurs trappistes de Murhesa

Les membres de l’ordre des Trappistes mènent une vie de prière et de pénitence stricte et isolée. On connaît d’eux particulièrement bien le fait qu’ils passent une grande partie de leur vie dans le silence afin de n’écouter que Dieu. L’ordre se compose d’une branche masculine et d’une branche féminine, qui partagent un mode de vie largement identique.

La branche féminine de l’ordre compte environ 70 monastères dans le monde entier. Il y a aussi des sœurs trappistes en République Démocratique du Congo. 21 sœurs vivent dans l’est du pays, à Murhesa, dans la région frontalière du Rwanda. La région du Sud-Kivu, dans laquelle se situe Murhesa, est depuis de nombreuses années le théâtre des conflits les plus sanglants de l’histoire africaine récente. La présence de l’Église est le seul espoir pour la population. Les prêtres et les sœurs y témoignent souvent du Christ au péril de leur vie.

Le monastère des sœurs trappistes a également été durement éprouvé par la guerre, l’insécurité, les cambriolages et les catastrophes naturelles. Une des sœurs a même été tuée en décembre 2009.

Malgré de nombreuses difficultés et souffrances, le monastère, qui existe depuis 60 ans, peut cependant se réjouir d’attirer de nombreuses vocations. En effet, des jeunes filles ne cessent de frapper à sa porte parce qu’elles veulent suivre le Christ.

Étant donné que la règle de l’ordre prévoit que les sœurs vivent du travail de leurs mains, elles ont déjà essayé dans le passé différentes solutions pour gagner leur vie. Elles ont produit du yaourt et de la crème glacée, qui étaient principalement destinés à être vendus aux troupes des Nations Unies stationnées dans la région, et elles ont également essayé d’élever des poulets et des lapins ainsi que de faire de l’apiculture. Mais leurs efforts n’ont pas vraiment été couronnés de succès. Le principal problème était que le monastère ne disposait pas de salles de travail appropriées. Des travaux avaient commencé en 1994 pour agrandir le monastère et construire un bâtiment d’exploitation, mais la guerre a réduit à néant ce projet.

Après plus de 20 ans, les sœurs ont demandé de l’aide à l’AED. Nos bienfaiteurs ne les ont pas abandonnées et leur ont offert 42.500 euros. Les sœurs ont ainsi pu mettre en place une boulangerie et un atelier de bougies, et fabriquer du savon et du miel pour gagner leur vie. Elles remercient de tout leur cœur tous les bienfaiteurs, et prient pour tous ceux qui les ont aidées !

My gift to support the ACN mission with the persecuted Christians and those in need.

Dernières nouvelles

POUR DÉCOUVRIR PLUS SUR Aid to the Church in Need, CLIQUEZ ICI http://www.churchinneed.org
logoacnwhy2

À PROPOS DE NOUS

Organisation caritative fondée en 1947 pour venir en aide aux réfugiés de guerre et reconnue comme organisation papale depuis 2011, ACN se met au service des chrétiens tout autour du monde au travers d’une mission d’information, de prière et d’action, partout où les chrétiens sont persécutés, oppressés ou dans le besoin matériel. ACN soutient en moyenne chaque année 6 000 projets dans près de 150 pays, exclusivement grâce aux dons privés, la fondation ne recevant aucune subvention publique.