Menu
Menu

Syrie en 2018

Nombre de projets 2018
J
233
Project
applications
K
185
Funded
projects
Type de projets 2018
Responsable de projets

Après huit ans de guerre, la Syrie est littéralement détruite. Les destructions sont partout dans le pays. Il n’en va pas autrement dans l’âme des gens. Des centaines de milliers de morts, des millions de réfugiés et d’innombrables personnes souvent fortement traumatisées sont le tribut imposé par la violence inouïe de la guerre. La population doit maintenant « repartir de zéro ». La survie des gens dépend largement du soutien d’organisations d’aide étrangères. En 2018, ACN a de nouveau apporté une aide de plusieurs millions, notamment dans les régions où vivent de nombreux chrétiens.

Alors que plus de 1,5 million de chrétiens vivaient en Syrie avant la guerre, leur nombre s’est réduit depuis a environ 500 000 fidèles. La modeste aisance que nombre d’entre eux avait acquise avant la guerre a totalement disparu. Pour la plupart, il ne s’agit plus que de survivre. Notre aide s’effectue en étroite collaboration avec les responsables religieux sur place. Car ce sont les évêques, les prêtres ainsi que les diacres et les religieuses des paroisses qui connaissent le mieux les besoins les plus urgents de telle ou telle famille. Cela peut être du lait, ou bien une aide pour le loyer, des médicaments ou des vêtements.

A displaced family from Aleppo, which has been living for nearly three years under difficult conditions in Tartus, a city on the Syrian coast.
Famille déplacée d’Alep qui vit depuis trois ans dans des conditions difficiles a Tartus près de la cote syrienne.

L’archevêque maronite de Damas, Samir Nassar, décrit la situation : ≪ Le peuple en Syrie n’est plus en quête de liberté. Il cherche son pain quotidien, il cherche de l’eau, du gaz pour faire la cuisine, quelques litres d’essence. A ceci vient s’ajouter la recherche d’un frère perdu, d’une sœur, des parents et des amis. C’est une entreprise silencieuse remplie de peur et d’espoir. Dans un pays en ruines, trouver un abri pour la famille apparait vain, comme un rêve. ≫

« Les ruines les plus grandes se trouvent dans l’âme des gens. »

L’aide humanitaire, le financement de l’éducation et l’aide à la reconstruction étaient de nouveau en tête de nos priorités en 2018 pour la Syrie. L’aide à été en partie attribuée à Alep, Homs, Damas, dans les villages de la ≪ Vallée des chrétiens ≫ et à Tartus où vivent la plupart des chrétiens.

The father of the martyr Makar Makar visits the grave of the martyr Krikor Ashnagelian at the Syrian-Armenian cemetery in Aleppo.
Le père du martyre Makar Makar devant la tombe d’un autre martyre Krikor Ashnagelian au cimetière syrien arménien à Alep.

Quelques exemples illustrent l’ampleur de la détresse dans ce pays. Grâce à notre soutien, des colis alimentaires ont été distribués à 3 000 familles. Nous avons également fourni une aide humanitaire à un vaste ≪ programme lait ≫, dont ont bénéficié 800 familles avec des enfants. Nous avons contribué à financer une initiative pour le traitement des traumatismes de guerre. Pour améliorer les perspectives professionnelles des jeunes chrétiens, nous avons participé à des bourses pour 12 000 élèves et étudiants.

« Nous concentrons notre aide sur les territoires où vivent la plupart des chrétiens. »

Mais la reconstruction reste une priorité. Ainsi en 2018 avec l’aide d’ACN, 200 maisons et appartements ont été rénovés permettant de donner à des chrétiens protection et sécurité dans leur propre pays. La remise en état de 500 autres logements aura lieu cette année.

Aide d’urgence pour les réfugiés syriens au Liban

De nombreux chrétiens ont fui au Liban chez des proches par peur des persécutions et de la violence. Mais pour la plupart, ce n’est qu’une existence provisoire. La grande majorité d’entre eux veulent rentrer le plus vite possible dans leur pays, vivre du fruit de leur travail et participer à la reconstruction de leur pays. Ces fidèles nous tiennent particulièrement à cœur. C’est pourquoi 59 % de notre budget accordé à la Syrie en 2018 ont été consacrés comme aide d’urgence aux refugiés au Liban avec près de 967 000 euros.

Nous considérons aussi notre aide comme un investissement pour la reconstruction de la communauté chrétienne en Syrie. Car chaque chrétien qui revient dans le pays consolide l’unité et la diversité de l’Eglise en Syrie. Et cette unité aide l’ensemble du peuple à retrouver une nouvelle estime de soi et à regagner confiance.

Sister Samia of the Sisters of the Sacred Hearts of Jesus and Mary in Homs playing football with one of the children of “Le Sénevé”, a centre that cares for 80 children with disabilities or autism..
Sœur Samia des Sœurs des Sacres Cœurs de Jésus et de Marie a Homs jouant au football avec un des enfants du centre ≪ Le Sénevé ≫, s’occupant de 80 enfants atteints de handicaps ou d’autisme.