Menu
Menu

Sri Lanka en 2017

Number of projects in 2018
J
0
Project
applications
K
0
Funded
projects
Type of projects in 2018
Head of Section

En 2017, le Sri Lanka était encore aux prises avec les conséquences de la guerre civile entre Tamouls et Cingalais qui a duré des décennies. Bien que seulement 7 % des 21,4 millions d’habitants du pays soient catholiques, l’Église continue de s’engager pour la réconciliation des deux groupes ethniques. Dans ce contexte ACN soutient les communautés chrétiennes dans le cadre du dialogue interreligieux. Mais nous soutenons en outre aussi financièrement l’Église du Sri Lanka dans son accompagnement pastoral, comme par exemple pour la consultation conjugale ou familiale.

Pour continuer a pouvoir arbitrer le conflit ethnique, l’Eglise envisage de creer des jumelages entre les communautes tamouls et les communautes cingalaises. En cooperation avec un comite de moines bouddhiques, la Conference episcopale a developpe l’idee de creer des conseils religieux qui pourrait aider le gouvernement dans son effort de reconciliation nationale. De plus, 2017 a ete proclamee ≪ Annee de Saint Joseph Vaz ≫, l’apotre de la reconciliation et de l’amour du prochain. Il est le premier saint indigene.

Programme de mise en place de petites communautes chretiennes dans les dioceses du Sri Lanka.
Programme de mise en place de petites communautes chretiennes dans les dioceses du Sri Lanka.

« L’engagement de l’Église est indispensable dans le processus de dépassement de la défiance entre Tamouls et Cingalais. »

Notre aide apportee a l’Eglise catholique au Sri Lanka a servi des projets tres divers en 2017. En font partie, par exemple, le financement de reunions d’information sur les dangers d’une emigration des travailleurs vers l’etranger et de sa consequence sur la structure familiale. Les familles souffrent beaucoup de l’emigration qui est estimee a 1,7 million de parents, la plupart du temps vers les pays du Golfe.

Nous avons aussi apporte notre soutien a la consultation familiale dans les situations de crise. Mais la reconstruction de batiments religieux ainsi que la formation initiale et continue de seminaristes figuraient aussi sur notre liste de financement.