Menu
Menu

Kazakhstan en 2018

Nombre de projets 2018
J
72
Project
applications
K
58
Funded
projects
Type de projets 2018
Responsable de projets

L’ancienne république soviétique du Kazakhstan est indépendante depuis 1991. Ce vaste pays d’Asie centrale couvre 2,7 millions de kilomètres carrés et est riche en ressources naturelles. Près de 70 % des 18 millions d’habitants sont musulmans, tandis qu’on compte à peine 300 000 chrétiens catholiques dans le pays. ACN connaît les préoccupations de l’Église locale et apporte son soutien pour des projets de construction, pour financer des moyens de transport ainsi que des aides à la formation et de subsistance permettant de renforcer la présence de l’Église dans le pays.

Bien que la population soit en grande majorité musulmane au Kazakhstan, les chrétiens, contrairement à de nombreux autres pays en Asie, restent largement épargnés de toute discrimination et persécution. Les relations entre chrétiens russes orthodoxes et chrétiens catholiques sont bonnes. Le Kazakhstan est un parfait exemple de bonne entente entre les deux confessions chrétiennes. Les deux églises mènent des initiatives communes et des discussions ouvertes sur les questions importantes auxquelles les deux Eglises sont confrontées aujourd’hui.

Nun of the Order “Sisters of the Immaculate Conception of the Virgin Mary”, busy overseeing homework.
Religieuse de la Congrégation des Sœurs de l’Immaculée Conception aidant une fillette pour ses devoirs.

» Ce pays est exemplaire pour la bonne entente entre chrétiens catholiques et orthodoxes. «

La plupart des 300 000 catholiques du pays sont les descendants d’anciens déportés et ont des origines polonaises, allemandes, baltes ou ukrainiennes. Pour pouvoir survivre économiquement, la communauté catholique dépend expressément de l’aide venue de l’étranger.

Sisters’ quarters in Kapchagay in south-east Kazakhstan.
Logement des sœurs à Kapchagay dans le sud-est du Kazakhstan.

ACN aide à financer des véhicules pour le travail pastoral et des projets de construction d’édifices religieux. Elle soutient les prêtres et les religieux étrangers à obtenir des visas de résidence. Par ailleurs, des aides de subsistance destinées aux religieuses sont fournies ainsi que des aides à la formation pour les futurs prêtres.