Menu
Menu

République Centrafricaine en 2018

Nombre de projets 2018
J
48
Project
applications
K
37
Funded
projects
Type de projets 2018
Projektreferent

Depuis fin 2012, la République centrafricaine s’enfonce dans une spirale de violence à cause de la guerre civile. Celle-ci a déjà fait plusieurs milliers de victimes et près d’un million de personnes ont été déplacées dans le pays ou se sont réfugiées dans les pays avoisinants. Mais les prêtres et les religieuses restent très résolus et continuent d’accompagner spirituellement les gens tout en travaillant infatigablement à la reconstruction du pays.

ACN soutient l’Église principalement avec une aide d’urgence et en contribuant à la formation des prêtres. Les combats entre les milices des rebelles Seleka et les groupes Anti-balaka affectent avant tout la population civile. Des milliers de personnes ont vu leurs biens partir en fumée et un grand nombre d’entre elles ont assisté à l’assassinat de leurs proches. Ni le gouvernement ni les forces de maintien de la paix de l’ONU n’ont jusqu’à présent été en mesure de pacifier durablement la situation. L’Eglise n’a pas été non plus épargnée par les débordements de violence. Des institutions religieuses sont régulièrement attaquées et pillées. Mais l’Eglise catholique reste en première ligne pour protéger la population contre ces sévices. Des milliers de réfugiés de diverses religions ont trouvé refuge dans des monastères et auprès de missions. Dans ce contexte, les prêtres et les religieux risquent souvent leur propre vie. Durant la seule année 2018, cinq prêtres ont été tués. ACN aide la République centrafricaine avec des mesures d’aide d’urgence et en contribuant à la formation des prêtres car les futurs prêtres sont indispensables pour la paix et la prospérité du pays. Nous avons ainsi aide en 2018 à Bangui 48 séminaristes et leurs enseignants a hauteur de 60 000 euros.

Father Albert Toungoumale-Baba.
Père Albert Toungoumale-Baba.

Attaque mortelle durant la Sainte Messe.

Lors d’une attaque armée le 1er mai 2018 dans l’église paroissiale de Notre Dame de Fatima a Bangui, 20 fidèles ont été tués durant la Sainte Messe, une centaine d’autres ont été blessés. Parmi les victimes tuées se trouvait aussi Père Albert Toungoumale-Baba. Le prêtre de 71 ans était un ami d’ACN. Il nous avait demandé par un message vidéo de prier sans relâche pour la paix dans son pays. Nous portons son deuil et sommes profondément inquiets de l’augmentation de la violence dans cette république.

» Malgré l’importance du danger, aucun des prêtres n’a quitté sa mission. «

ACN immediately provided 30,000 euros in emergency aid for the most urgent primary care.
ACN a apporté une aide d’urgence de 30 000 euros pour procéder aux premiers secours.

Le massacre d’Alindao

Le 15 novembre 2018, des milliers de refugies ont été attaques dans leur camp par des rebelles armes Seleka sur le terrain de la cathédrale d’Alindao au sud de la République centrafricaine. Les rebelles ont tué plus de 80 personnes, dont deux prêtres. La cathédrale a été en outre pillée et incendiée par les rebelles. ACN a apporté une aide d’urgence de 30 000 euros pour procéder aux premiers secours.