MARAWI : LES CHRÉTIENS CAPTURÉS UTILISÉS COMME MONNAIE D’ÉCHANGE

Königstein/ Zamboanga, 30.05.2017. « J’espère que le gouvernement agira avec sagesse et prudence, afin d’éviter une effusion de sang ». C’est l’espoir du Père Sebastiano D’Ambra, missionnaire de l’Institut pontifical pour les missions étrangères (PIME), quant au sort du Père Teresito Soganub et de 15 autres chrétiens enlevés ces derniers jours à Marawi, dans l’île de Mindanao, aux Philippines. Cela fait déjà 8 jours que les djihadistes du groupe Maute se sont emparés de la ville. Le bilan dramatique des affrontements entre les fondamentalistes et l’armée philippine est d’environ 100 victimes, et les sources locales font mention de massacres barbares et de décapitations par les islamistes. De Zamboanga, une autre ville de Mindanao, le Père D’Ambra raconte au téléphone à « l’Aide à l’Église en Détresse » comment les terroristes islamistes ont kidnappé les chrétiens et mis le feu à la cathédrale. « Leur intention est probablement d’utiliser les fidèles comme monnaie d’échange, afin de convaincre les militaires de se retirer ». Le groupe Maute est affilié à l’État Islamique depuis déjà longtemps, ce qui explique pourquoi des drapeaux noirs flottent au vent dans la ville de Marawi à nette majorité islamique (98 pourcents de musulmans, contre 2 pourcents de chrétiens). Des membres du groupe Abu Sayyaf ont également participé à cette dernière attaque. Ces dernières années, relate le missionnaire italien, les influences internationales islamistes ont de plus en plus pénétré les Philippines. C’est en partie l’idéologie qui permet de conquérir de nouveaux leviers, mais aussi les généreuses récompenses offertes par les terroristes aux jeunes recrues. « Sans compter les intérêts internationaux qui ont pour but de déstabiliser cette région. Il semble y avoir un plan destiné à se poursuive dans ce sens-là. La situation à Marawi se calmera dans peu de temps, mais le terrorisme ne s’arrêtera pas ». A Mindanao, le radicalisme islamique a une longue histoire derrière lui. Le groupe Abu Sayyaf avait déjà répandu ses méfaits dans les années 1990. La radicalisation s’est poursuivie avec la prolifération de mouvements d’inspiration wahhabite, soutenus par l’Arabie saoudite, tandis que depuis une dizaine d’années il y a une forte présence du Jemaah Islamiah, un groupe islamiste né en Indonésie. Et au cours des trois dernières années, l’État islamique a trouvé de plus en plus de partisans à Mindanao. À Zamboanga aussi – où en 2013 le mouvement paramilitaire terroriste « Front Moro Islamiste de Libération » (MILF) a détruit la moitié de la ville – le gouvernement a décrété l’état d’urgence. « Les autorités nous invitent à être attentifs, entre autres parce que la ville est située sur la mer, avec des kilomètres de littoral et de nombreuses îles où les extrémistes peuvent facilement se cacher ». Le Père D’Ambra vit depuis 40 ans aux Philippines et est le fondateur du mouvement Silsilah qui favorise depuis 1984 le dialogue interreligieux, en impliquant également une partie de la communauté musulmane locale. « Des faits tels que ceux qui ont eu lieu à Marawi ne font qu’aggraver une situation déjà intrinsèquement compliquée, et rendre encore plus difficile la promotion du dialogue interreligieux ».
¿Quiéres que el mundo conozca la realidad de la Iglesia que Sufre en el Mundo?
Comparte este artículo

My gift to support the ACN mission with the persecuted Christians and those in need.

Dernières nouvelles

Ukraine: Aide à la formation de 16 jeunes novices des « Servantes du Seigneur et de la Sainte Vierge de Matará » à Ivano-Frankivsk

C’est avec une grande tristesse que les fidèles gréco-catholiques ukrainiens...

Lire la suite...

« Les enfants sont l’avenir. Nous voulons les aider afin qu’ils grandissent de manière saine, même s’ils ont perdu leur innocence enfantine à cause de la guerre. »

L’Aide à l’Église en détresse (AED) a accordé 225 000 euros de soutien p...

Lire la suite...

Ninive. Retourner à la maison pour reconstruire la vie

« Retourner à la maison ». « À nouveau fouler notre terre ». « Revoi...

Lire la suite...

Nous pleurons des larmes amères pour nos enfants abandonnés !

Interview de Mgr Cyr-Nestor YAPAUPA, évêque du diocèse d’Alindao en Centraf...

Lire la suite...
Voir plus
POUR DÉCOUVRIR PLUS SUR Aid to the Church in Need, CLIQUEZ ICI http://www.churchinneed.org
logoacnwhy2

À PROPOS DE NOUS

Organisation caritative fondée en 1947 pour venir en aide aux réfugiés de guerre et reconnue comme organisation papale depuis 2011, ACN se met au service des chrétiens tout autour du monde au travers d’une mission d’information, de prière et d’action, partout où les chrétiens sont persécutés, oppressés ou dans le besoin matériel. ACN soutient en moyenne chaque année 6 000 projets dans près de 150 pays, exclusivement grâce aux dons privés, la fondation ne recevant aucune subvention publique.